NOUVELLES

Unicef: le Canada peut faire mieux pour protéger ses enfants de la pauvreté

29/05/2012 06:39 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

TORONTO - L'UNICEF affirme que le Canada peut faire mieux pour protéger ses enfants de la pauvreté.

L'organisme a publié mardi un rapport qui compare la pauvreté des enfants dans 35 pays riches.

Lorsque l'on compare l'écart entre le taux de pauvreté des enfants et le taux de pauvreté de l'ensemble de la population, le Canada se classe ainsi au 18e rang parmi les pays étudiés.

Et concernant le pourcentage d'enfants vivant dans la pauvreté, le Canada se situe dans le dernier tiers, avec un taux de 13,3 pour cent, soit une légère amélioration comparativement au cinq dernières années.

C'est l'Islande qui vient en tête du classement avec un peu moins de cinq pour cent. La Roumanie affiche quant à elle le taux le plus élevé. Au nombre des autres pays affichant une meilleure performance que le Canada à ce chapitre figurent les pays scandinaves, le Japon et l'Australie.

Le rapport souligne que la pauvreté des enfants est évitable dans les pays riches, mais qu'elle est grandement aggravée par les politiques gouvernementales.

Pour David Morley, le président et chef de la direction d'UNICEF Canada, cette situation est inacceptable. Il affirme qu'il est grand temps pour le Canada de faire des enfants une priorité lors de la planification des budgets et de l'utilisation des ressources nationales, et ce, même en périodes économiques difficiles.

Selon son organisme, il existe de nombreuses manières pour le Canada d'accorder une plus grande priorité à l'intérêt supérieur de l'enfant, notamment en augmentant les prestations pour enfants et les crédits d'impôt.

Le Canada investit 40,4 milliards $ dans les services aux aînés, soit le triple du montant injecté dans les programmes pour les enfants. Le taux de faibles revenus est deux fois moins élevé chez les personnes âgées que chez les enfants, indique-t-on dans le rapport.

Une professeure de l'université Ryerson spécialisée en soins de l'enfance, Kim Snow, a qualifié de «bien triste» les résultats.

Mme Snow a ajouté que le problème était particulièrement criant chez les enfants autochtones.

«Nous sommes carrément en train de voler la prochaine génération avec les impacts sociaux découlant d'une vie de pauvreté», a-t-elle déclaré.

UNICEF Canada souligne que le Québec est l'une des premières provinces à avoir fixé des objectifs de réduction de la pauvreté, et que les résultats se sont avérés positifs pour les enfants. Le rapport souligne qu'il est plus que temps que le Canada mettre en oeuvre une stratégie nationale de réduction de la pauvreté, particulièrement chez les enfants.

«On demande que cela soit fait depuis des années, mais nous devons maintenant nous en occuper avec sérieux», a plaidé la professeure Snow.

En Chambre, la députée néo-démocrate Jean Crowder a exhorté le gouvernement Harper à faire plus pour aider les enfants démunis. La ministre des Ressources humaines, Diane Finley, a répondu que le pourcentage d'enfants vivant dans la pauvreté était aujourd'hui réduit de moitié par rapport aux données qui prévalaient sous le gouvernement libéral.

«Nous avons accompli beaucoup de choses, auxquelles les néo-démocrates ont opposé leur vote, comme le fait de hausser les prestations aux enfants et le crédit d'impôt pour enfants», a-t-elle déclaré.

PLUS:pc