NOUVELLES

Tunisie: RSF condamne le saccage des locaux d'une TV, inquiète pour la liberté de l'information

29/05/2012 11:57 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

L'organisation non gouvernementale Reporters sans frontières (RSF) a condamné mardi le saccage des locaux d'une chaîne de télévision tunisienne, survenu dans la nuit de samedi à dimanche, et s'est dit inquiète de la liberté de l'information en Tunisie.

Dans un communiqué, RSF a "condamné fermement le saccage des locaux de la chaîne tunisienne privée El Hiwar Ettounsi, à la Manouba, dans la banlieue nord-ouest de Tunis, dans la nuit du 26 au 27 mai 2012".

"Des individus se sont introduits dans les locaux de la chaîne, vandalisant les bureaux, détruisant et dérobant des équipements d'une valeur estimée à 100.000 euros", explique cette organisation internationale.

Lancée en mai 2003, El Hiwar Ettounsi (Dialogue tunisien) diffuse des émissions à caractères social et politique. Cible du régime Ben Ali, elle diffusait jusqu'à la révolution ses programmes depuis l'Italie.

Selon RSF, "ce saccage est extrêmement préoccupant, il signifie un réel péril pour la liberté de l'information en Tunisie".

L'organisation appelle les autorités tunisiennes à "mettre un point d'honneur à arrêter les commanditaires de cet acte de vandalisme, afin de rompre enfin avec l'impunité dont bénéficient les auteurs des violences perpétrées à l'encontre des médias et des professionnels de l'information au cours des derniers mois", faisant allusion aux islamiste radicaux.

Les agressions à l'encontre des journalistes se sont poursuivies après la chute de l'ancien régime le 14 janvier 2011, et plusieurs d'entre eux ont été la cible d'islamistes ou d'agents de la sécurité.

kl/cf/sba

PLUS:afp