NOUVELLES

Téhéran dénonce la condamnation de deux Iraniens pour espionnage au Koweït

29/05/2012 02:10 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

Téhéran a dénoncé mardi la condamnation de deux Iraniens, un Koweïtien et un apatride à la prison à vie pour espionnage au profit de l'Iran par la justice koweïtienne et réclamé leur libération.

"Du point de vue de la République islamique, toutes ces accusations sont fausses et les peines prononcées sont inacceptables", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, lors de son point de presse hebdomadaire.

"Nous espérons que le gouvernement koweïtien révisera sa position et que nos ressortissants seront bientôt libérés", a-t-il ajouté.

M. Mehmanparast a précisé que le gouvernement iranien avait "protesté" contre le refus du gouvernement koweïtien d'autoriser une visite consulaire.

Une cour d'appel du Koweït a condamné lundi deux Iraniens, un Koweïtien et un apatride à la prison à perpétuité pour espionnage au profit de l'Iran, a indiqué une source judiciaire.

La cour a révisé les condamnations à mort des trois premiers et confirmé la peine de l'apatride, prononcées en première instance.

Les deux Iraniens et le Koweïtien travaillaient pour l'armée koweïtienne lors de leur arrestation en mai 2010.

Ces personnes ont été accusées d'avoir donné des informations aux Gardiens de la révolution, garde prétorienne du régime iranien, sur des installations militaires koweïtiennes et américaines, une accusation rejetée par Téhéran.

Pendant leurs deux procès, elles avaient nié les accusations et affirmé avoir fait des aveux sous la torture.

L'affaire a affecté les relations entre le Koweït et l'Iran entraînant des expulsions de diplomates des deux pays. Mais ces diplomates ont regagné leurs postes après une visite au Koweït, le 11 mai 2011 du ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akhbar Salehi.

sgh/cco

PLUS:afp