NOUVELLES

Syrie: principaux événements depuis le massacre de Houla

29/05/2012 01:24 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

Voici un film des événements depuis le massacre vendredi de Houla, dans le centre de la Syrie, qui a provoqué la mort d'au moins 108 personnes, dont une cinquantaine d'enfants.

La Syrie est secouée depuis la mi-mars 2011 par une révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 13.000 personnes, en majorité des civils tués par les forces gouvernementales, ont péri dans les violences.

--VENDREDI 25 MAI--

- Au moins 108 personnes, dont 49 enfants et 34 femmes, sont tuées à Houla, à une trentaine de kilomètres de Homs. "C'est un véritable massacre" (chef de l'OSDH). Les bombardements ont débuté vendredi midi à la périphérie de Houla, en particulier sur les villages de Taldo au sud et Tibé à l'ouest, et se sont poursuivis jusqu'à samedi à l'aube (OSDH).

--SAMEDI 26--

- Des vidéos amateur mises en ligne sur YouTube montrent des images insoutenables de corps d'enfants gisant par terre.

- Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.

- L'Armée syrienne libre (ASL, formée de soldats déserteurs) appelle les "pays amis" de l'opposition à lancer des "raids aériens" contre les forces du régime. Elle se désengage du plan de l'émissaire international Kofi Annan si l'ONU n'agit pas rapidement.

- Les observateurs de l'ONU, déployés pour surveiller un cessez-le-feu largement ignoré, se rendent dans la région de Houla.

- Les condamnations internationales se multiplient. Le massacre est une violation "révoltante et terrible" du droit international (chef de l'ONU Ban Ki-moon et Kofi Annan).

--DIMANCHE 27--

- 87 morts à travers la Syrie, dont 34 à Hama (OSDH).

- Damas nie "toute responsabilité gouvernementale dans ce massacre terroriste" et annonce une commission d'enquête armée/justice.

- Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne les autorités pour l'attaque, dénonçant dans une déclaration "des bombardements par les chars et l'artillerie gouvernementale contre un quartier résidentiel".

- Le chef des observateurs, le général Robert Mood, indique que 108 personnes au moins ont été tuées à Houla, atteintes par des éclats d'obus ou exécutées à bout portant, dont 49 enfants, et que 300 ont été blessées.

--LUNDI 28--

- 64 morts (OSDH). Manifestations massives pour le 3e jour consécutif pour dénoncer le massacre.

- La Russie, alliée de Damas, estime que régime et rebelles sont impliqués, arguant de la présence de blessures à bout portant en plus des tirs d'artillerie.

- Kofi Annan, en Syrie, se dit "horrifié" par le massacre, "acte répugnant, aux conséquences profondes".

--MARDI 29--

- 30 morts (OSDH).

- La majorité des victimes de Houla ont été exécutées, selon les premiers résultats d'une enquête de l'ONU (porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme).

- De "forts soupçons" sur l'implication des "chabbiba" (miliciens pro-régime), selon un haut responsable de l'ONU.

- Kofi Annan demande à Assad, qu'il a rencontré à Damas, de "prendre des mesures courageuses maintenant". Assad rejette sur l'opposition la responsabilité des violences, estimant que "le succès du plan dépend de la fin du terrorisme".

- Les principaux pays européens, les Etats-Unis, le Canada et l'Australie annoncent l'expulsion des représentants diplomatiques syriens dans leur capitale.

- Moscou exige une enquête "objective" de l'ONU. Washington espère que le massacre fera évoluer la position russe.

- Le président français François Hollande n'exclut pas une intervention armée sous mandat de l'ONU.

acm/cco

PLUS:afp