MONTRÉAL - Tout de suite après avoir reçu un prix d'interprétation à Cannes, Suzanne Clément a confié qu'elle souhaitait parler avec Tim Roth, qui présidait le jury de sa catégorie, Un certain regard.

Son souhait a été exaucé puisqu'elle a pu partager la table de l'acteur britannique et celle des autres jurés, en compagnie de Xavier Dolan, plus tard en soirée samedi. Une expérience dont elle est sortie enchantée.

«Il y avait quelque chose d'assez chaleureux, il y avait une belle qualité humaine qui se dégageait de tous les gens du jury Un certain regard», a raconté l'actrice à La Presse Canadienne, deux jours après son retour à Montréal.

«On s'est retrouvé à jaser beaucoup avec Tim Roth, Xavier et moi, même que Tim a insisté pour que j'appelle Melvil (Poupaud, acteur principal de «Laurence Anyways») pour le féliciter parce qu'il a trouvé qu'il avait fait un travail phénoménal aussi. Je pense qu'étant acteur et étant créateur, (...) il sait c'est quoi donner beaucoup de soi dans un projet.»

Le jury a choisi cette année de récompenser deux actrices avec des prix d'interprétation, de sorte que les interprètes masculins du volet Un certain regard sont repartis de Cannes bredouille.

Dans «Laurence Anyways», Suzanne Clément tient le rôle de Fred, une jeune femme dont le conjoint Laurence souhaite devenir une femme.

L'actrice québécoise a reçu le prix de la meilleure interprétation féminine pour son rôle dans le film, tout de suite après que la Belge Émilie Dequenne eut obtenu la même récompense pour sa performance dans «À perdre la raison».

L'actrice québécoise ne s'est pas formalisée du fait qu'elle a, en quelque sorte, reçu le prix qui aurait dû revenir à un acteur masculin.

«C'est comme si j'avais eu le prix d'interprétation masculine, admet-elle. J'avais beaucoup insisté, parce que j'avais envie que ce personnage-là ait aussi son côté masculin. Dans sa façon d'accompagner Laurence dans sa trajectoire de transformation d'homme à femme, le personnage que je joue, Fred, a quand même pas mal de couilles. Je trouvais donc que c'était comme si on avait envoyé quelque chose dans l'inconscient et que ça avait été retenu. Ça m'a plu.»

Deux jours après son retour à Montréal, Suzanne Clément souhaite maintenant prendre le temps de se rééquilibrer, après toute l'excitation de Cannes.

Elle s'est donc immédiatement replongée dans le travail, en rejoignant le plateau de la nouvelle série de Radio-Canada, «Unité 9», dans laquelle elle tient le rôle d'une escorte qui se retrouve en prison en compagnie d'autres détenues.

Elle participera également à l'automne au tournage d'«Amsterdam», un premier long métrage de Stefan Miljevic, coscénarisé par Gabriel Sabourin. Louis Champagne, Robin Aubert, Fanny Mallette et Marie-Chantal Perron seront aussi de la distribution.