NOUVELLES

Somalie: les shebab disent avoir tiré sur des "navires militaires" étrangers

29/05/2012 07:51 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

Les rebelles islamistes shebab ont affirmé mardi avoir tiré sur des "navires militaires" étrangers qui s'approchaient de leur bastion de Kismayo, sur la côte somalienne.

"Les moudjahidin ont ouvert le feu et ont repoussé deux navires militaires qui s'étaient approchés des côtes de Kismayo," a affirmé à l'AFP par téléphone Cheick Hassan Yaqub Ali, un haut responsable des shebab sur place.

Le mouvement, rallié à Al-Qaïda, n'avait jamais jusqu'ici fait état d'incidents de cette nature.

Les navires "ont riposté aux tirs", a ajouté le responsable sur la radio pro-shebab Andalus, sans pouvoir dire à quel pays ces bateaux appartenaient.

Plusieurs navires occidentaux, notamment européens, patrouillent les eaux de la région, pour lutter contre les pirates somaliens. Parmi eux, la force européenne Atalante a mené son premier raid par hélicoptère sur la côte somalienne il y a deux semaines, mais il était dirigé contre une base de pirates.

Selon le responsable shebab, les navires impliqués dans l'incident de mardi étaient présents depuis quelques semaines dans la zone et perturbaient l'activité des pêcheurs. Mardi, un jeune Somalien a été blessé dans les échanges de tirs, a-t-il poursuivi.

Des témoins interrogés par l'AFP ont confirmé l'incident.

"D'intenses tirs ce matin ont visé des navires militaires qui s'étaient approchés du port de Kismayo," a raconté l'un d'eux, Mohamed Isak, faisant notamment état de tirs d'artillerie. "Nous ne savons pas s'il y a des victimes," a-t-il ajouté.

"Ils (les shebab) pensaient que les navires attaquaient la ville et ils les ont soumis à d'intenses tirs," a renchéri un autre témoin, Abdi Yusuf, ajoutant que les insurgés avaient déployé de nombreux combattants près de la côte pendant l'incident, de crainte d'une attaque. "Je ne sais pas si les navires ont riposté aux tirs".

Les shebab, qui se sont retirés de leurs positions dans la capitale Mogadiscio en août dernier, contrôlent encore de larges parts du sud et du centre somaliens.

Mais ils sont sous une pression militaire croissante, pris dans l'étau d'une offensive régionale depuis que le Kenya et l'Ethiopie ont envoyé des troupes à leur poursuite fin 2011.

Vendredi encore, les insurgés ont perdu un autre de leurs bastions : la localité d'Afgoye, située à une trentaine de km de Mogadiscio et carrefour stratégique pour les routes du nord, du sud et de l'ouest somaliens.

Kismyao est un poumon économique pour les rebelles.

nur-aud/bb/jlb

PLUS:afp