NOUVELLES

Philippines: le juge de la Cour suprême reconnu coupable de corruption

29/05/2012 06:10 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

Les sénateurs des Philippines ont déclaré mardi coupable de corruption le juge suprême du pays, permettant ainsi son renvoi, une victoire d'importance pour le président Aquino qui a fait de la lutte contre ce fléau un moteur de son mandat.

Benigno Aquino, au pouvoir depuis juin 2010, a répété à plusieurs reprises ces dernières semaines que la destitution de Renato Corona, chef de la Cour suprême, était nécessaire pour mettre fin à la culture de la corruption qui gangrène le pays depuis des décennies.

Au terme d'un procès en destitution ("impeachment") de quatre mois devant le Sénat, le chef de la Cour suprême Renato Corona a été reconnu coupable de violation de la Constitution et de trahison de la confiance publique, en omettant de révéler l'étendue de sa fortune.

Renato Corona est un proche de l'ancienne présidente, Gloria Arroyo, jugée elle aussi pour corruption.

Un verdict de culpabilité devait réunir le vote de deux-tiers des 23 sénateurs philippins. Le juge a été officiellement coupable lorsque le compte a atteint 16 voix en faveur de la culpabilité, contre 3 contre.

"Il a perdu la rectitude morale pour servir le peuple. Il a trahi la confiance de la population. Il ne peut pas être le représentant suprême de la justice une minute de plus", a déclaré le sénateur Franklin Drilon, membre du parti de Benigno Aquino.

La sanction la plus sévère --et la plus vraisemblable dans cette affaire-- est le renvoi.

Corona était aussi accusé d'avoir cherché à protéger de manière illégale l'ancienne présidente Gloria Arroyo, qui a précédé Aquino à la tête du pays. Arroyo est accusée elle aussi de corruption pendant les dix années qu'elle a passées au sommet de l'Etat.

Mais cette accusation n'a pas été tranchée car Corona a été reconnu coupable du premier chef, qui suffit à réclamer sa destitution.

Le juge a admis pendant son procès ne pas avoir révélé les 4 millions de dollars US qu'il détient sur son compte en banque. Mais il s'est défendu en arguant que 2,4 millions étaient en dollars américains, et bénéficiaient donc d'une loi autorisant le secret sur la possession de devises étrangère. Quant au reste de la somme, elle appartient à des membres de sa famille, avait-il assuré.

Gloria Arroyo (au pouvoir de 2001 à 2010) répond actuellement devant la justice de multiples accusations de corruption et de fraude. Elle avait nommé Renato Corona à son poste juste avant de quitter son poste de présidente, après sa défaite face à Aquino.

kma/fmp/dif

PLUS:afp