Afin d'offrir une nouvelle option aux contribuables québécois, l'Agence du Revenu du Québec a octroyé un contrat de gré à gré pour analyser la possibilité d'implanter un type de paiement par cartes de crédit. Une façon d'instaurer un autre mode de paiement électronique pour le recouvrement de ses créances fiscales, dit le porte-parole de Revenu Québec.

Le contrat a été donné à DMR, une division de Fujitsu Conseil Canada, au coût de 48 000 $. Selon le porte-parole de Revenu Québec, l'agence serait surtout en train de travailler à l'élaboration d'un dossier d'affaires et d'une étude préliminaire visant à estimer la possibilité du projet.

«Du côté des créances fiscales, puisqu'il ne s'agit aucunement d'un projet de réalisation, mais bien d'une réflexion préliminaire sur le potentiel et la faisabilité du paiement par carte de crédit, aucun échéancier ni plan d'action n'y est rattaché », indique le porte-parole Stéphane Dion.

Déjà implanté pour des achats de biens non réclamés

Ce n'est pas la première fois que l'Agence du Revenu du Québec étudie la possibilité du paiement par cartes de crédit. En effet, une telle démarche a déjà eu lieu lors de la mise en place du paiement électronique dans le cadre des biens non réclamés, lors des ventes aux enchères publiques.

Un projet qui semble satisfaire cette catégorie de la clientèle, explique M. Dion. «L'organisation cherche tout moyen qui lui permettrait de réduire ses coûts d'opérations, tout en simplifiant, pour les citoyens et les entreprises du Québec, les mécanismes d'échanges et de communications.»