NOUVELLES

Norvège: les amis de Breivik le croyaient déprimé et peut-être homosexuel

29/05/2012 05:34 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

OSLO - Quatre anciens amis de l'extrémiste norvégien Anders Behring Breivik, auteur avoué du massacre d'Oslo et d'Utoya en juillet dernier, ont affirmé mardi que quelques années avant le massacre, il était devenu déprimé et avait exprimé des tendances féminines, ce qui a poussé certains d'entre eux à penser qu'il était peut-être homosexuel.

Les anciens amis d'Anders Breivik ont déclaré mardi devant un tribunal d'Oslo que cinq ans avant le massacre de juillet 2011, qui a fait 77 morts, il était retourné vivre chez sa mère et avait réduit ses contacts sociaux. Les quatre amis ont livré leur témoignage alors que l'accusé écoutait dans une salle attenante.

L'un des quatre hommes, qui est aujourd'hui avocat dans l'armée norvégienne, a déclaré qu'Anders Breivik avait fait preuve «d'un comportement féminin et utilisait du maquillage», et qu'il n'avait pas eu beaucoup de relations durables avec des femmes.

«J'ai cru qu'il était dans une dépression profonde ou qu'il était un homosexuel qui ne voulait pas en parler publiquement», a dit ce témoin.

Anders Behring Breivik a avoué être l'auteur du massacre du 22 juillet en Norvège, mais il nie toute responsabilité criminelle, estimant que ses victimes ont trahi leur pays en acceptant l'immigration.

Son état mental est la question clé qui doit être résolue pendant le procès. S'il est reconnu coupable et criminellement responsable, il pourrait être condamné à 21 ans de prison, voire plus s'il est considéré comme un danger pour la société. S'il est déclaré non criminellement responsable de ses actes, il sera condamné à des soins psychiatriques obligatoires.

Ses anciens amis, tous âgés de 33 ans comme lui, ont déclaré à la cour que Breivik était autrefois une personne vive et sociable. Ils l'ont connu à l'école et certains ont eu des contacts occasionnels avec lui dans les mois qui ont précédé le massacre.

Les quatre amis se souviennent qu'Anders Breivik était très soucieux de son apparence.

Après s'être fait taquiner pour son nez «arabe» vers l'âge de 20 ans, il est allé subir une rhinoplastie parce qu'il trouvait son nez trop gros, a raconté l'un des témoins. Dans son manifeste de 1500 pages diffusé sur Internet avant son massacre, Anders Breivik affirme que la chirurgie a eu lieu après qu'il se soit fait casser le nez par un immigrant musulman. Ses anciens amis ne se souviennent pas de cette bagarre ni d'aucune altercation avec des immigrants musulmans.

L'un de ses amis de l'école primaire se souvient que Breivik était une personne «plutôt tolérante».

La cour a demandé aux médias de ne pas citer les noms des témoins interrogés mardi.

À la fin de l'audience, Anders Breivik a répondu aux allégations de ses anciens amis en affirmant qu'il n'avait «jamais, jamais été déprimé», et a nié s'être comporté de façon efféminée, affirmant qu'il était courant que des hommes cachent leurs boutons avec du maquillage. Il n'a rien dit sur les allégations voulant qu'il soit un homosexuel non avoué.

Le procès doit se poursuivre au moins jusqu'à la fin du mois de juin.

PLUS:pc