NOUVELLES

Netanyahu critique les concessions faites à l'Iran sur le nucléaire

29/05/2012 02:22 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a critiqué mardi les positions adoptées par le groupe "5+1" (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) lors d'une réunion à Bagdad sur les moyens de sortir de la crise nucléaire avec l'Iran.

"Ils ont abaissé leurs exigences par rapport à la précédente réunion. Alors qu'auparavant, ils demandaient l'arrêt de l'enrichissement à 3,5% de l'uranium, regardez ce qui se passe maintenant: (...) ils n'exigent même plus que l'Iran cesse tout enrichissement", a déploré M. Netanyahu lors d'un discours à l'université de Tel-Aviv.

Le groupe "5+1" a exigé la semaine dernière à Bagdad que l'Iran n'enrichisse plus d'uranium au-delà de 5% et transfère hors du pays son stock actuel d'environ 100 kilos d'uranium à 20%.

Cette mesure est l'un des principaux gestes demandés à Téhéran pour dissiper les doutes sur son programme nucléaire, condamné par six résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU dont quatre assorties de sanctions.

M. Netanyahu a réitéré les trois conditions qui, selon lui, permettraient de prouver que l'Iran a cessé son programme nucléaire militaire. "L'Iran doit cesser toute activité d'enrichissement de matériel fissile, transférer (à l'étranger) tout le matériel qui a été enrichi jusqu'à présent et démanteler la centrale souterraine de Qom".

"Seul un engagement explicite de l'Iran à respecter et appliquer ces exigences, ainsi qu'une vérification que cet engagement a bien été appliqué, peuvent arrêter le programme nucléaire iranien", a ajouté le Premier ministre.

Ces trois conditions doivent constituer, selon lui, "l'objectif des négociations" alors que les Iraniens "continuent sans problème l'enrichissement en élevant même son niveau à 20%".

L'enrichissement d'uranium est au centre des inquiétudes de la communauté internationale. Enrichi jusqu'à 5%, l'uranium sert de combustible à des centrales nucléaires. A 20%, il alimente les réacteurs de recherche. Mais au-delà de 90%, il peut servir à fabriquer l'arme atomique.

Les principaux responsables israéliens, M. Netanyahu en tête, ont agité à de multiples reprises la menace d'une opération militaire contre les installations nucléaires iraniennes en exprimant leurs doutes sur l'efficacité des sanctions contre Téhéran.

L'Iran ne cesse pour sa part d'affirmer le caractère purement civil de son programme nucléaire.

scw-jlr/cco

PLUS:afp