NOUVELLES

Leblanc fait des changements dans l'espoir de meilleurs résultats

29/05/2012 07:32 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Ne connaissant pas le début de saison qu'elle souhaite à ses débuts dans la LPGA, la Québécoise Maude-Aimée Leblanc apporte des changements à son jeu.

«J'ai passé le mois de mai sans disputer de tournoi, mais j'ai beaucoup travaillé sur mon jeu et j'ai fait plusieurs changements au niveau technique, a confié Leblanc lors d'un appel-conférence, mardi. J'ai eu des débuts assez difficiles, et ces changements-là devraient être pour le mieux.»

La Sherbrookoise de 23 ans a raté la qualification pour le week-end lors de ses trois derniers tournois - par un, deux et trois coups, dans cet ordre, mais elle croit que sa nouvelle prise de putter, en croisé, pourra l'aider à corriger le tir.

«Je putte maintenant beaucoup mieux et ça peut faire la différence, a dit Leblanc. Il y a aussi que depuis plusieurs années, j'envoyais ma balle de droite à gauche, alors que maintenant je travaille à la frapper de gauche à droite.

«C'est moi-même qui a décidé de faire ces changements-là, a mentionné Leblanc, qui a joué son golf universitaire avec Purdue en Indiana, dans la NCAA. Je veux éliminer les crochets qui me coûtaient au moins deux ou trois coups par ronde.»

Leblanc s'apprête pour l'instant à disputer la Classique ShopRite, qui commencera ce vendredi au New Jersey.

«Je ne sais pas encore à quel point je vais être confortable sur le terrain. Je ne le connais pas, a t-elle dit. Il faut aussi que je devienne confortable avec la nouvelle trajectoire que je veux donner à mes balles.»

Leblanc travaille depuis l'été dernier avec le cadet David Guertin, avec qui elle a établi une bonne dynamique.

«Nous avons une belle chimie, a dit l'Estrienne. Nous faisons beaucoup de blagues sur le terrain et nous sommes à l'aise. Au début, je lui laissais peut-être un peu trop de place, mais maintenant je prends plus le contrôle pour juger les distances.»

Leblanc dit que le plus gros ajustement à faire, en passant de la NCAA à la LPGA, est de gérer la pression qu'amène la coupure, au terme des deux premières rondes.

«C'est une pression qui n'existe pas à l'université, a dit Leblanc. Je travaille encore à m'y habituer d'un tournoi à l'autre.»

Leblanc ne participera pas à l'étape de Beloeil du circuit canadien féminin (du 11 au 13 juin), car son mois de juin sera très chargé. Après le New Jersey, elle sera la semaine suivante au Championnat Wegmans, près de Rochester; deux semaines plus tard, on la verra à la Classique ManuLife à Waterloo, en Ontario, puis elle disputera le Championnat Walmart à compter du 29 juin, dans le nord-ouest de l'Arkansas.

PLUS:pc