NOUVELLES

Le secteur canadien de l'énergie pourrait manquer de main-d'oeuvre

29/05/2012 03:33 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

CALGARY - Le vieillissement de la main-d'oeuvre et la croissance du secteur de l'énergie vont représenter un sérieux défi pour les sociétés pétrolières et gazières à la recherche de travailleurs, prévient le Conseil canadien des ressources humaines de l'industrie du pétrole.

Le secteur devra combler au moins 9500 postes d'ici à 2015, affirme l'organisme dans un rapport.

Le vice-président à la politique et l'environnement au sein de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, Tom Huffaker, a indiqué que les pénuries de main-d'oeuvre étaient devenues chroniques, après avoir été cycliques, et que la situation serait telle quelle pendant longtemps.

Dans son rapport, le Conseil canadien des ressources humaines de l'industrie du pétrole estime que l'industrie de l'énergie risque de perdre environ trois pour cent de sa main-d'oeuvre parce que les prix du gaz naturel demeurent peu élevés.

La croissance de certains secteurs d'activité et l'érosion des effectifs attribuable à l'âge vont compenser toute perte d'emploi et donner lieu à une hausse des besoins d'embauche, a-t-il cependant écrit dans son rapport.

L'organisme prévoit que l'emploi dans le secteur albertain des sables bitumineux grimpera de 29 pour cent par rapport aux niveaux de 2011, ou d'approximativement 5850 postes. Le secteur des pipelines devrait gagner quelque 530 emplois durant la même période.

Le président de la Petroleum Services Association of Canada (PSAC), Mark Salkeld, a indiqué que de nombreuses entreprises ne s'étaient pas encore rétablies des 15 000 mises à pied survenues durant la période de ralentissement économique de 2008 et 2009.

PLUS:pc