NOUVELLES

Le Qatar fait ses adieux à des victimes de l'incendie ayant fait 19 morts

29/05/2012 02:18 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

Le Qatar a fait d'émouvants adieux mardi à des victimes, toutes expatriées, de l'incendie de Doha dont trois ont été inhumées sur place, les autorités promettant que les résultats de l'enquête seraient bientôt annoncés.

L'incendie a ravagé lundi le plus grand centre commercial de Doha, faisant 19 morts, et les flammes ont notamment encerclé une crèche accueillant des enfants de moins de cinq ans, faisant 13 morts parmi eux, dont trois triplés néo-zélandais de trois ans.

Selon le ministère de l'Intérieur, quatre membres du personnel de la crèche et deux membres de la Défense civile ont également péri.

En soirée, un service religieux s'est tenu dans une église du sud de Doha à la mémoire de quatre enfants espagnols, dont deux frères et leur soeur.

"Nous allons rentrer au pays mais je ne sais pas encore quand", a déclaré, en larmes, Camilo Travosedo, le père de ces trois enfants.

M. Travoseda, son épouse et des membres de leur famille, arrivés d'Espagne plus tôt dans la journée, étaient encore sous le choc. Certains éclataient en sanglots dans l'église où un millier de personnes étaient rassemblées pour une messe d'adieu.

Auparavant, plus de 2.000 personnes avaient assisté, sous un soleil de plomb, aux obsèques d'un enfant et d'une puéricultrice originaire d'Afrique du Sud, ainsi que d'un pompier iranien.

Outre les enfants espagnols, le Sud-africain et les triplés néo-zélandais, les autres enfants sont une Américaine d'origine arabe, une Canadienne, un Franco-égyptien, une Egyptienne et un Chinois, a précisé à l'AFP Moubarak Abou al-Aïnine, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Quand aux adultes restants, il s'agit de trois Philippines, deux puéricultrices et une comptable, et un pompier marocain.

Les corps des triplés, de trois des quatre Espagnols et du Chinois seront rapatriés, selon le porte-parole.

Le Qatar compte une population de moins de deux millions d'habitants, en grande majorité des étrangers.

Le prince héritier, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a diligenté une enquête sur l'incendie du Villaggio, qui aurait été provoqué selon un général de la Défense civile par un court-circuit, une négligence ou un mégot de cigarette.

Le ministre de l'Intérieur, Abdallah ben Nasser Al-Thani, a affirmé à l'AFP que les résultats de l'enquête "pourraient être annoncés mercredi".

Selon lui, les secours sont arrivés sur les lieux quelques minutes après l'alerte et ont localisé "20 enfants dans une crèche du complexe", précisant que les pompiers avaient dû pénétrer par le toit pour évacuer les enfants encerclés par les flammes, les escaliers menant à la crèche située au premier étage du centre commercial s'étant effondrés.

En dépit de la célérité des secours, les commentateurs s'interrogeaient mardi sur les manquements possibles aux règles de sécurité qui seraient derrière le lourd bilan du sinistre.

"Il est anormal qu'un centre commercial de la taille du Villaggio connaisse de tels manquements aux règles de sécurité", écrit ainsi le quotidien Al-Raya.

Le témoignage d'un journaliste néo-zélandais, Tarek Bazley, évoque l'impréparation du personnel devant une telle situation d'urgence.

"Il y avait un manque total de planification, de coordination concernant l'évacuation des personnes présentes", a-t-il raconté sur Radio New Zealand.

La télévision du Qatar, mais surtout Al-Jazeera, chaîne satellitaire basée à Doha, qui rapporte généralement rapidement les événements internationaux, n'ont réservé qu'une couverture minimale au drame.

Le Qatar, riche en pétrole et en gaz naturel, est embarqué dans un développement frénétique et veut se doter d'infrastructures de standard international avant d'accueillir en 2022 le Mondial de football.

bur/mh/tm/vl

PLUS:afp