NOUVELLES

Le pétrole ouvre en hausse à New York: 91,40 dollars le baril

29/05/2012 09:32 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse mardi à New York alors que les investisseurs doutaient des chances de succès de la tentative de reprise de dialogue entre la communauté internationale et l'Iran.

Vers 13H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet gagnait 54 cents par rapport à la clôture de vendredi, à 91,40 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Les marchés étaient fermés à New York lundi en raison d'un jour férié aux Etats-Unis.

Les opérateurs ont une "vue moins positive sur les discussions sur le nucléaire iranien", a expliqué John Kilduff d'Again Capital. "On voit la prime de risque revenir rapidement" dans les cours.

L'Iran a rejeté dimanche tout abandon de l'enrichissement d'uranium à 20%, après l'échec des négociations reprises la semaine dernière avec le groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne).

"Le ton de ces négociations n'incite pas à l'optimisme, et à moins que les pays occidentaux ne présentent un meilleur compromis à Téhéran, le marché attendra la reprise des pourparlers (le 18 juin à Moscou, ndlr) avec un pessimisme accru", a fait valoir Olivier Jakob, analyste à la société Petromatrix.

Les cours du pétrole sont grossis depuis le début de l'année par une forte prime de risque liée aux sanctions internationales contre Téhéran, et notamment un embargo de l'Union européenne (UE) contre le brut iranien, décidé en janvier et devant être mis totalement en place en juillet.

En Europe, les investisseurs étaient portés par "l'espoir de voir les parties pro-austérité remporter les élections le mois prochain", a indiqué Matt Smith, de Summit Energy (groupe Schneider Electric).

"On voit un peu de stabilisation en ce moment dans l'ensemble de l'Europe avec des prévisions économiques un peu meilleures", a confirmé M. Kilduff.

De manière générale, a noté l'analyste, les cours se positionnent en vue du rapport mensuel sur l'emploi, attendu vendredi. "Ce rapport sera essentiel pour savoir où en est la demande en pétrole aux Etats-Unis", a dit Phil Flynn, de PFG Best.

sab/sl/sf

PLUS:afp