NOUVELLES

La police kényane recherche l'auteur présumé d'un attentat à Nairobi

29/05/2012 04:10 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

La police kényane recherchait mardi l'auteur présumé d'un attentat qui a fait 38 blessés, selon un dernier bilan, dans un centre commercial au coeur de la capitale Nairobi.

"Nous poursuivons notre enquête mais nous n'avons encore procédé à aucune arrestation", a déclaré à l'AFP Moses Nyakwama, chef adjoint de la police de la capitale kényane.

"Nos officiers recueillent des témoignages de victimes qui nous fournissent des informations intéressantes. Une des pistes est qu'une personne a laissé un sac dans une des boutiques où l'explosion a eu lieu", a ajouté ce responsable.

Une explosion a provoqué un début d'incendie lundi à la mi-journée dans un centre commercial hébergeant de petites échoppes, sur une des avenues les plus fréquentées de Nairobi.

Le Premier ministre Raila Odinga a dénoncé "un acte terroriste" et mis en cause implicitement les insurgés islamistes somaliens shebab.

Le chef de la police kényane, Mathew Iteere, avait pour sa part d'abord attribué l'explosion à un problème électrique dans le bâtiment, avant de revenir sur ses propos et d'évoquer un engin explosif artisanal.

La police de Nairobi a précisé disposer d'une description de l'homme qui aurait abandonné le paquet suspecté d'avoir contenu cette bombe.

"Nous disposons d'une liste de 38 personnes qui ont été admises dans différents hôpitaux" après avoir été blessées dans l'explosion, a précisé M. Nyakwama, ajoutant que la plupart avait depuis quitté ces établissements. La police avait précisé lundi soir que cinq blessés étaient dans un état grave.

Les lieux de l'explosion étaient toujours interdits d'accès mardi matin par la police, qui recherchait d'éventuels indices dans les décombres.

Une série d'attentats à la grenade ont été commis ces derniers mois au Kenya, depuis l'entrée de l'armée kényane en Somalie voisine en octobre dernier pour tenter d'y déloger les insurgés islamistes shebab.

mom-bb/aub

PLUS:afp