NOUVELLES

La France n'interviendra au Mali que dans le cadre de l'ONU, dit Hollande

29/05/2012 08:17 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

PARIS - Le président français a affirmé, mardi, que la France n'interviendrait dans la crise au Mali que dans le cadre de décisions prises par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Le président François Hollande s'exprimait lors d'une conférence de presse commune avec son homologue du Bénin, Thomas Boni Yayi, président en exercice de l'Union africaine, à l'issue d'un entretien à l'Élysée.

Les deux dirigeants ont prôné le «retour à l'ordre constitutionnel» au Mali et la restauration de son «intégrité territoriale». M. Boni Yayi a aussi souhaité s'attaquer au «péril terroriste» dans la région.

François Hollande a appelé les pays africains à prendre des mesures pour stabiliser la situation au Mali, notamment dans le cadre de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ou de l'Union africaine (UA).

La France n'interviendra que dans le cadre des «décisions que prendra le Conseil de sécurité» des Nations unies si celui-ci est saisi par la CEDEAO ou l'UA, a-t-il expliqué. «À mes yeux, le plus tôt sera le mieux», a ajouté M. Hollande.

Le nord du Mali est tombé aux mains de rebelles touaregs laïques et islamistes à la fin du mois de mars à la suite du renversement du président Amadou Toumani Touré par un coup d'État militaire le 21 mars. Les putschistes ont officiellement remis le pouvoir à un gouvernement de transition chargé de mener le pays à des élections, mais les différentes factions des rebelles touaregs ont annoncé samedi leur fusion et leur intention d'établir un État indépendant dans le nord du Mali.

PLUS:pc