Kandle Osborne, au Patro Vys à 21 h mardi, pour lancer officiellement son bébé de six chansons (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
KANDLE OSBORNE
Jean-François Cyr

MONTRÉAL - Un autre talent émerge de la vague rock montréalaise. Kandle, une auteure-compositeure-interprète anglophone de 21 ans ayant grandi en Colombie-Britannique, s'est établie dans la métropole l'été dernier. Depuis, elle a gagné la reconnaissance des gens grâce à sa voix sensible et la maturité de son travail. Heureuse de cet accueil, elle a décidé de lancer officiellement mardi soir, à Montréal, un EP (déjà diffusé gratuitement sur Internet depuis janvier) physique de six chansons.

Kandle Osborne fait dans la folk-indie-rock, un genre musical abondamment exploré ces dernières années. Pourtant, le son de cette savoureuse chanteuse-guitariste étonne : c'est charmant, sensuel, éthéré et enveloppant (mentionnons la chanson « Knew You'd Never ») ; c'est aussi mûr, intelligent et juste assez grinçant (« Know My Name »). Une pop qui évoque à la fois les atmosphères du septième art (« Not Listening ») et les ambiances « blues-swampy » de la Louisiane (« Small »).

De père en fille

Talent certain qui a peut-être à voir avec son enfance, bercée par la passion de son père Neil, icône canadienne et chanteur du groupe 54-40. Ce dernier a toujours eu une grande influence sur le parcours de la jeune artiste, qui avoue sans gêne son admiration pour l'homme : « Je suis né dans le milieu. J'ai même suivi mon père durant ses tournées quand j'avais 4-5 ans. J'ai écouté ses disques en boucle. J'ai également beaucoup partagé sa connaissance de la musique », raconte Kandle.

« Il est pour moi une source d'inspiration considérable. Il a collaboré aux pièces parues sur l'EP et j'aimerais beaucoup qu'il soit réalisateur de l'album long que je voudrais sortir à l'automne. Je compte aller le retrouver à Victoria (ville où elle a grandi) pour l'enregistrer. C'est ce que je désire le plus, car j'ai pleinement confiance en lui », poursuit celle qui écoute notamment Timber Timbre, Joy Division, Neil Young et Nick Cave.

L'effet famille dans le parcours musical de Kandle s'exprime aussi dans le groupe The Blue Violets (pop noire alternative) qu'elle a fondé dès l'adolescence aux côtés de sa sœur Coral, âgée aujourd'hui de 23 ans. « J'ai appris beaucoup à cette époque. C'était génial de pouvoir évoluer avec Coral. Et ça continue. Elle a fait des voix sur une de mes pièces solo. Peut-être qu'elle sera de l'aventure pour mon album long. Mais elle est à Toronto. Nous verrons... », souligne-t-elle.

Même la participation de son guitariste et comparse Sam Goldberg (Boken Social Scene) au EP est liée au qualificatif familial. « Alors que j'étais à Victoria, Sam est venu enregistrer dans le studio de mon père. En échange de services photographiques (elle a étudié dans le domaine), je lui ai fait promettre de participer à mon EP, qui a été produit au même endroit. Depuis ce temps, il est partie prenante de mes projets », lance Kandle sourire en coin.

Elle a d'ailleurs de quoi être fière de cette collaboration. À l'écoute du court album, on adore la qualité des guitares. La batterie, assurée sur le disque par Marek Tylor (de Victoria), est aussi très efficace.

Pour la formule concert, Kandle s'est entourée de Jason Kent (un ancien The Dears) à la basse, Chris Roberts aux claviers et banjo, Patrick Conan à la batterie, puis Sam Goldberg à la guitare.

« All That I Need »

Revenue tout récemment de France et de Suisse, où elle a donné plus d'une douzaine de spectacles, elle cache difficilement son enthousiasme à poursuivre son travail sur scène. Elle sera d'ailleurs sur les planches du Patro Vys, à 21 h, pour lancer officiellement son bébé de six chansons, qui contient ses propres textes en plus d'une reprise des Rolling Stones, « Play With Fire ».

« Ce soir, je jouerai bien entendu les six pièces que l'on retrouve sur l'EP. Cela dit, j'ai bien d'autres chansons de terminées, » affirme la chanteuse. « J'offrirai d'ailleurs six autres morceaux aux spectateurs. Ce sont des compositions que je compte mettre sur l'album complet que je produirai dans quelques mois. J'adore le studio. D'ici là, je vais me concentrer sur la distribution (elle a reçu la confirmation d'une entente avec le label britannique Back Yard Records) et la tournée qui s'en vient.

Kandle assurera la première partie du spectacle de Cœur de Pirate à Toronto le 1er juin. Elle sera aussi au Jazz Fest d'Ottawa le 1er juillet, au Festival d'été de Québec le 8 juillet ou encore au Festival Osheaga de Montréal, le 4 août.

Le disque est en magasin depuis ce matin.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Kandle Osborne
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction