NOUVELLES

Grèce: un rapport prévient contre les effets d'une sortie de la zone euro

29/05/2012 10:13 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

ATHÈNES, Grèce - Advenant une sortie de la zone euro, les Grecs verraient leur salaire annuel retranché de moitié, en plus d'être frappés par une hausse draconienne du taux de chômage et de l'inflation, prévient un rapport de la plus grande banque du pays.

L'étude de la Banque nationale de Grèce a été publiée mardi, alors que les Grecs seront rappelés aux urnes le 17 juin. L'ambiance est plombée par les inquiétudes du bloc européen quant à un scénario financier catastrophe en cas de victoire, lors de ces prochaines législatives, d'un parti opposé aux mesures d'austérité adoptées par le gouvernement précédent, mettant du même coup en péril la place de la Grèce dans la zone euro.

Une sortie de la zone euro se traduirait par une baisse significative des standards de vie des citoyens grecs, avec une réduction d'au moins 55 pour cent du revenu per capita, préviennent les auteurs du rapport de 17 pages.

Cela signifierait aussi une baisse de revenus, doublée d'une dévaluation de la nouvelle monnaie de 65 pour cent, en plus d'une contraction financière de 22 pour cent s'ajoutant à la réduction de 14 pour cent du produit intérieur brut (PIB) observée entre 2009 et 2011.

La Grèce, croulant sous les dettes, a été maintenue à flots grâce à des prêts massifs des créanciers internationaux, accordés à la condition que de sévères mesures d'austérité — compressions et réformes confondues —, soient instaurées. Ce programme a conduit à un net recul des conditions de vie des Grecs, plongeant le pays dans l'impasse politique.

Les partis politiques avaient échoué à former un gouvernement de coalition après les législatives du 6 mai, déclenchant une autre bataille entre les partisans d'un sauvetage européen, les conservateurs de Nouvelle démocratie et le parti gauchiste Syriza, qui a promis d'annuler tous les termes des ententes de prêts d'urgence conclues par le gouvernement précédent.

Une représentant de Washington se trouvait à Athènes mardi pour lancer une nouvelle ronde de consultations européennes. La sous-secrétaire du Trésor américain chargée des affaires internationales, Lael Brainard, s'est entretenue avec de hauts représentants des finances grecques et doit se rendre à Frankfort et à Madrid pour d'autres discussions.

PLUS:pc