NOUVELLES

Fuites: le pape affecté pour son majordome, un homme "proche et aimé"

29/05/2012 09:16 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

Benoît XVI ressent de la peine pour son majordome qui a transmis ses documents confidentiels mais était "quelqu'un de proche et d'aimé", a relevé mardi le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, en démentant que des cardinaux aient été interrogés dans l'enquête.

"Le pape est le témoin d'une affaire qui le touche de près. C'est une épreuve pour lui. Il ressent de la douleur, mais aussi un désir de comprendre et de faire la lumière, pour trouver la vérité", a observé le père jésuite au cours d'une conférence de presse.

Benoît XVI "avait déjà conscience de la nécessité d'une évaluation depuis un certain temps", puisqu'il avait institué une commission d'enquête à la suite des fuites répétées depuis janvier, a-t-il ajouté.

"Il ressent une douleur spécifique à l'égard de quelqu'un, Paolo Gabriele, qui était proche de lui, connu, aimé et respecté" par lui, a-t-il ajouté. Gabriele travaillait depuis 2006 dans les appartements du pape.

Le père Lombardi a démenti par ailleurs plusieurs informations circulant dans la presse italienne: que cinq cardinaux aient été interrogés, que des enveloppes portant des adresses de destinataires aient été saisies au domicile du suspect. Par ailleurs il a assuré qu'aucune autre personne n'avait été interpellée la semaine dernière.

Ces éléments n'ont "pas de fondement. Il convient d'être prudent", a-t-il dit, alors que les spéculations se multiplient sur les auteurs d'une fuite organisée de documents qui pourrait avoir eu pour objectif de pousser vers la sortie le cardinal secrétaire d'Etat Tarcisio Bertone.

Le scandale des fuites a créé au Saint-Siège une "situation grave" mais qui n'est pas "une tragédie" ni un affrontement entre bandes rivales, comme l'affirme la presse italienne, a-t-il dit par ailleurs.

Pour en sortir, il faudra "un chemin difficile de vérité pour restaurer la confiance". "C'est une épreuve lourde pour le pape et la curie", a de nouveau insisté le père Lombardi.

Il s'agit de faire en sorte que le pape continue de "bénéficier de la confiance du peuple de Dieu qu'il mérite amplement", a-t-il dit.

jlv/mle/ih

PLUS:afp