NOUVELLES

De violentes averses provoquent inondations et pannes d'électricité à Montréal

29/05/2012 07:05 EDT | Actualisé 29/07/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Des précipitations brèves et intenses à Montréal ont inondé plusieurs rues, forcé la fermeture de stations de métro, provoqué des pannes d'électricité, endommagé des propriétés et entraîné l'évacuation d'édifices publics, en pleine heure de pointe de fin de soirée, mardi.

Il aura fallu seulement quelques minutes pour transformer des rues du centre-ville en petites rivières. L'odeur des refoulements d'égoûts se faisait sentir.

Tandis que des gens tentaient tant bien que mal de sortir l'eau de leurs entrées et sous-sols, plusieurs édifices publics étaient évacués, dont la Grande Bibliothèque, divers pavillons universitaires et des centres commerciaux, en plus d'une importante section de la ligne Orange du métro.

André Cantin, météorologue à Environnement Canada, a fait état de «plusieurs cellules d'orages violents ayant traversé le sud-ouest du Québec» du milieu de l'après-midi jusqu'en début de soirée. La violente tempête a aussi frappé la Montérégie, les Laurentides et la Vallée du Richelieu. En début de soirée, M. Cantin affirmait que les cellules orageuses se dirigeaient surtout du côté de l'Estrie et de la Beauce, ajoutant que «les activités devraient diminuer assez rapidement».

À Montréal, ce sont une cinquantaine de millimètres qui sont tombés en une heure seulement. Selon M. Cantin, la région métropolitaine et la Rive-Sud ont reçu de 40 à 70 mm en fin de journée, et même 80 mm par endroits. Ces précipitations se sont ajoutées à celles ayant sévi sur Montréal vers 5 h, mardi matin, et qui avaient laissé de 20 à 40 mm de pluie sur certains secteurs de la ville.

M. Cantin a dit croire qu'un tel événement météorologique ne survient dans une ville qu'une fois tous les cinq ou dix ans.

«Il est tombé 46 mm d'eau en une heure seulement à Montréal. C'est énorme! Cette statistique suffit à expliquer les nombreuses inondations rapides dans les rues de la métropole», relatait Didier Robert-Lacroix, météorologue pour MétéoMédia, sur le site du réseau.

Sur la Rive-Sud de Montréal, des alertes de tornade ont été émises, mais aucun dommage n'avait été signalé. Selon Environnement Canada, le pire était passé vers 19h. Mais le passage de ces cellules orageuses aura fortement perturbé les déplacements des Montréalais.

Le service du métro, interrompu sur la ligne Orange entre les stations Berri-UQAM et Lionel-Groulx, est revenu à la normale peu après 23 heures, soit environ quatre heures après le début des perturbations. En ce qui concerne le tunnel Ville-Marie, fermé dans les deux directions vers 17 h 30, la circulation est revenue à la normale peu après 20 h.

À 23 h, Hydro-Québec rapportait que quelque 4320 abonnés étaient privés d'électricité dans l'ensemble de la province, dont un peu plus de 1900 à Montréal seulement. Quatreheures plus tôt, Hydro-Québec parlaient de 28 300 sans électricité dans l'ensemble de la province, et 15 300 sur l'île de Montréal.

Les précipitations poussées par le vent ont inondé des rues et des édifices, entraînant des évacuations dans plusieurs établissements d'importance, dont la Grande Bibliothèque, la bibliothèque de l'Université Concordia et deux pavillons de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Certains centre commerciaux auraient aussi été touchés.

Des dommages mineurs ont été signalés dans les bureaux de Radio-Canada au centre-ville. On avait craint à un moment pour le secteur des archives.

Les précipitations brèves mais très intenses ont submergé partiellement certaines rues du centre-ville et causé des accumulations dans des stations de métro. À Place-d'Armes, dans le Vieux-Montréal, l'eau montait jusqu'aux chevilles près des guichets de la station — soit bien au-dessus du niveau des rails.

Des usagers s'étonnaient de l'ampleur de l'infiltration d'eau.

«Il pleuvait à travers le toit», disait Allyson Haring, après s'être frayée un chemin passé les tourniquets de la billetterie.

Son amie a soutenu n'avoir jamais vu rien de tel.

«Si c'est inondé ici, je me demande ce qui se passe plus bas (sur les rails)», a exprimé Brenna Maciw, qui peinait à trouver un autre moyen de se rendre chez elle.

«J'ai l'impression qu'il s'agit d'un truc qui restera dans les annales.»

En plus des travailleurs de la Société de transport de Montréal (STM), des équipes des services de pompiers ont été dépêchées dans bon nombre de stations pour aspirer l'eau.

Tard en soirée, le cabinet du maire Gérald Tremblay a fait savoir que tous les employés concernés travailleraient toute la nuit afin de s'assurer que la situation rentre dans l'ordre le plus rapidement possible.

Toujours en fin de soirée, la direction de la Commission scolaire Marie-Victorin a annoncé que les cours allaient être suspendus dans huit écoles en raison des pluies diluviennes.

Les rafales de pluie ont déferlé dans la ville, donnant l'impression du passage de nuages blancs puissants.

Le ciel s'était éclairci dans la journée, après une matinée marquée par de forts orages.

Si ce sont surtout les accumulations d'eau qui ont causé des problèmes, les rafales de vents ont dépassé par endroits les 90 kilomètres à l'heure.

Le temps violent a aussi causé des incendies reliées à la foudre.

M. Cantin a expliqué le phénomène par une «instabilité de l'air très chaud et humide et l'approche d'un front froid pour la fin de soirée».

PLUS:pc