NOUVELLES

Un dirigeant kurde accuse Bagdad de vouloir mener un "nettoyage ethnique"

28/05/2012 12:13 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Un dirigeant kurde irakien a accusé lundi Bagdad de vouloir mener un "nettoyage ethnique", dans une nouvelle attaque des dirigeants kurdes contre le Premier ministre Nouri al-Maliki.

Cette déclaration du Premier ministre du Kurdistan Nechirvan Barzani, neveu du président de la région autonome Massoud Barzani, intervient alors que les relations entre le gouvernement central de Bagdad et les Kurdes sont de plus en plus tendues.

"Aujourd'hui, il y a des gens sur la scène politique irakienne qui veulent (...) maintenir la politique d'arabisation et de nettoyage ethnique", a déclaré M. Barzani au cours d'un discours célébrant le rapatriement au Kurdistan des restes de 730 Kurdes tués par les forces de Saddam Hussein lors de la campagne d'Anfal dans les années 1980.

Il n'a pas précisé qui ses propos visaient, mais il faisait vraisemblablement allusion à M. Maliki.

"Les tueries quotidiennes de citoyens kurdes et les expulsions à Jalawla, Sadiyah et Kirkouk sont la même politique que celle de l'ancien régime mais sous de nouvelles couleurs", a-t-il ajouté, faisant référence à des zones disputées par Bagdad et le gouvernement du Kurdistan.

Massoud Barzani s'est dit opposé à la vente de d'avions F-16 à l'Irak par les Etats-Unis tant que M. Maliki dirige le gouvernement, affirmant redouter qu'ils ne soient utilisés contre le Kurdistan.

Il avait auparavant accusé M. Maliki de glisser vers la dictature, lui reprochant de vouloir "tuer le processus démocratique" après l'arrestation du chef de la commission électorale pour des faits présumés de corruption.

Outre les questions territoriales, Bagdad et Erbil s'opposent vivement sur la répartition des revenus du pétrole pompé dans la région et sur le sort du vice-président sunnite Tarek al-Hachémi, recherché par la justice irakienne mais qui a bénéficié de la protection des Kurdes.

str/lsh-wd/psr/sbh/cco

PLUS:afp