NOUVELLES

Répression d'une émeute au Kazakhstan: des responsables policiers condamnés

28/05/2012 09:18 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Des responsables policiers responsables de la répression d'un émeute qui avait fait 14 morts en décembre à Janaozen (ouest du Kazakhstan) ont été condamnés lundi à des peines allant de cinq à sept ans de prison, a-t-on appris auprès de la justice.

Les cinq hauts responsables de la police accusés d'abus de pouvoir, dont le chef adjoint de la police régionale, Kabdygali Outegaliev et le chef du département de lutte contre l'extrémisme de cette région, Bekjan Bagdabaïev, étaient jugés au tribunal d'Aktaou, la capitale régionale.

Le parquet avait jugé que les accusés avaient été à l'origine d'un recours excessif aux armes, et avait requis des peines allant de 7 à 9 ans de prison.

Les condamnés se verront confisquer leurs biens et ne pourront pas occuper de poste dans la police pendant cinq ans après leur libération, selon le jugement.

A la mi-mai, la justice avait condamné à cinq ans de prison le chef d'un centre de détention provisoire de Janaozen, notamment pour détention abusive et la mort d'un détenu.

Un mouvement de grève d'ouvriers du secteur pétrolier à Janaozen avait dégénéré le 16 décembre en émeute, dont la répression par la police avait fait 14 morts et une centaine de blessés.

Des images de la répression placées sur l'internet avaient montré des policiers tirant à balles réelles sur des manifestants, et frappant des blessés à terre, alors que la ville était interdite aux journalistes.

Les violences de ce type sont inhabituelles dans cette ex-république soviétique riche en hydrocarbures, dirigée d'une main de fer depuis l'époque soviétique par Noursoultan Nazarbaïev, et qui se targue d'être l'Etat le plus stable de la région.

Depuis les événements de Janaozen, l'opposition et les médias indépendants se disent victimes d'une répression accrue. Plusieurs opposants ont été arrêtés en janvier.

dan-sam-neo/lpt/jeb

PLUS:afp