NOUVELLES

Roland-Garros - Serra et le juste retour des choses

28/05/2012 06:45 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Déçu d'avoir dû passer par les qualifications, Florent Serra se retrouve au deuxième tour à Roland-Garros après l'abandon lundi de l'Espagnol Feliciano Lopez, tête de série N.15, que le Bordelais a accueilli comme un juste retour des choses.

"Je n'ai pas eu beaucoup de réussite sur toute ma carrière, alors je prends", a réagi le Français de 31 ans qui avait cependant déjà profité de l'abandon de son adversaire, le Belge Steve Darcis, pour franchir le premier tour du dernier tournoi du Grand Chelem, en janvier à l'Open d'Australie.

"Je ne savais pas, je n'avais même pas vu au début qu'il était blessé. Tant mieux pour moi", a-t-il ajouté au sujet de Lopez, qui s'est "fait mal aux obliques jeudi dernier à l'entraînement".

L'Espagnol a tenté le coup "mais c'est vite devenu impossible" et il a fini par jeter l'éponge alors que Serra menait 5-0 au premier set.

La roue a donc l'air de tourner pour Serra, ancien 36e mondial en 2006 retombé aujourd'hui au 156e rang, après une succession de résultats décevants.

Il a réussi à évacuer la déception de ne pas recevoir de "wild-card" pour le tableau principal, malgré son passé. "J'étais vraiment déçu sur les jours qui ont suivi mais j'ai fait de bonnes qualifs'", a commenté le Bordelais qui, tout comme l'autre qualifié français Nicolas Devilder, a d'ores et déjà encaissé un chèque de 28.000 euros grâce à sa qualification pour le deuxième tour.

Il pourrait pousser l'aventure un peu plus loin et atteindre, comme en 2008, le troisième tour puisque son prochain adversaire, à désigner entre le Slovaque Karol Beck ou le Polonais Lukasz Kubot, n'a rien d'insurmontable.

"Ils sont à ma portée, surtout sur terre battue", convient Serra qui voudra éviter de "reproduire les erreurs du passé" lorsqu'il a été "trop crispé" dans les grandes occasions.

jk/jcp

PLUS:afp