Research in Motion (TSX:RIM) serait sur le point d'annoncer une nouvelle vague de licenciements. Après avoir éliminé 2000 emplois en juillet 2011, au moins 2000 autres postes pourraient être abolis, soit un emploi sur huit dans le monde.

Selon plusieurs personnes proches du dossier citées par le Globe and Mail, l'annonce officielle sera faite cette semaine. Selon l'une des sources interrogées, jusqu'à 6000 emplois pourraient être éliminés. Actuellement, 16 500 personnes travaillent pour RIM dans le monde.

La moitié des postes offerts par le fabricant du BlackBerry sont concentrés au siège social de l'entreprise à Waterloo, en Ontario.

Les suppressions d'emplois toucheraient notamment les départements des services juridiques, du marketing, des ventes, des opérations et des ressources humaines.

En mars, le nouveau PDG Thorsten Heins chiffrait à un milliard de dollars l'objectif de réductions de coûts pour 2012.

À son quatrième trimestre, le fabricant ontarien a enregistré une perte de 125 millions de dollars en raison de la dévaluation de plusieurs actifs. Les ventes sont également en recul. Le BlackBerry ne compterait plus que pour 7 % des ventes mondiales de téléphones intelligents, selon une étude de la firme IDC.

À la fermeture de la Bourse de Toronto, vendredi, l'action de Research in Motion valait 11,34 $, en baisse de 73 % depuis un an.

Research In Motion a indiqué aussi lundi que sa chef des affaires juridiques Karima Bawa quitte l'entreprise après 12 années de service.

(Avec The Globe and Mail et La Presse Canadienne)