NOUVELLES

Retour à la maison: la pluie a ralenti les incendies de forêt en Ontario

28/05/2012 01:04 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

TIMMINS, Ont. - L'état d'urgence a été levé à Timmins, en Ontario, alors que la pluie a ralenti la progression des incendies de forêt qui sévissent dans le nord-est de l'Ontario.

À Kirkland Lake, où la situation demeure critique, les policiers ont rapporté qu'un incendie avait été déclenché par des campeurs.

En point de presse lundi matin, le maire de Timmins, Tom Laughren, a fait savoir qu'il venait tout juste de signer l'ordre de lever l'état d'urgence.

Le temps plus froid et la pluie, qui s'est abattue sur la région tard dimanche et en début de journée lundi, ont apporté un répit aux pompiers, a ajouté le maire Laughren.

Le brasier n'a pas pris d'ampleur depuis samedi et se limite à une surface d'environ 39 500 hectares, à quelque 30 kilomètres du centre de Timmins, a-t-il indiqué.

Les vents plus faibles et les nuages ont aussi contribué à maintenir la fumée à l'écart de la ville de 43 000 habitants. Le maire Laughren a également mentionné que 25 équipes de quatre pompiers de l'Ontario et 20 autres équipes de quatre pompiers de la Colombie-Britannique continuaient à combattre les flammes.

Les autorités ont toutefois précisé que si les conditions s'étaient améliorées, la crise était loin d'être terminée, et l'accès aux zones à haut risque demeurerait restreint pendant un certain temps.

Le maire de Kirkland Lake, Bill Enouy, a quant à lui rapporté que les autorités maintenaient l'état d'urgence.

Le feu, qui s'étend sur 2600 hectares, n'est plus qu'à trois kilomètres de distance de la ville, et bien que certains secteurs avaient été déclarés sécuritaires dimanche soir, il est encore trop tôt pour lever l'état d'urgence, a expliqué le maire Enouy.

Les résidants de la réserve autochtone ontarienne de Mattagami, près de Timmins, ont pu retourner à la maison, lundi.

Hydro Ontario prévoyait rétablir l'électricité dans deux mines du secteur en fin de journée.

D'importants incendies de forêt ravagent les régions rurales situées en périphérie de ces localités depuis le 20 mai dernier.

Les précipitations ont arrosé les flammes mais le terrain carbonisé et la fumée font en sorte que les secteurs touchés sont encore dangereux, selon les pompiers.

PLUS:pc