NOUVELLES

RDC/rébellion: le Rwanda rejette "catégoriquement" un rapport de l'ONU

28/05/2012 09:34 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Le Rwanda a "catégoriquement" démenti lundi le rapport confidentiel de l'ONU selon lequel des Rwandais auraient été recrutés et formés dans leur pays pour renforcer les ex-rebelles que l'armée congolaise combat depuis début mai dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo.

"Ce sont des rumeurs totalement fausses et dangereuses", a déclaré dans un communiqué la ministre des affaires étrangères Louise Mushikiwabo.

"Depuis le départ le Rwanda a toujours soutenu que l'instabilité actuelle dans l'est de la RD Congo est une affaire qui relève du gouvernement congolais et de l'armée congolaise", a-t-elle poursuivi.

"L'intérêt national du Rwanda est de contenir le conflit et d'établir des profondes relations pacifiques avec ses voisins. La communauté internationale continue de négliger les vrais problèmes causés par cette instabilité pour ne s'intéresser qu'aux symptômes et non aux racines profondes de ce qui cause les souffrances dans notre région, a poursuivi Mme Mushikiwabo, en accusant la mission de l'ONU en RDC.

"Cette opération, a-t-elle dit, qui coûte des milliards de dollars, représente un quart du budget de l'ONU pour les missions de maintien de la paix dans le monde, et cela a été un échec depuis le premier jour".

La ministre a conclu en affirmant que l'ONU était finalement "incapable" de protéger les civils dans l'est de la RD Congo.

Dans ce rapport confidentiel que s'est procuré la BBC, l'ONU affirme avoir "conduit des entretiens avec 11 combattants qui ont abandonné leurs positions dans les forêts montagneuses de la frontière entre la RDC et le Rwanda" et qui sont décrits comme "des citoyens rwandais recrutés au Rwanda sous prétexte de rejoindre l'armée nationale, y compris un mineur".

Ces déserteurs, poursuit le document, "ont dit qu'ils ont été recrutés dans un village appelé Mundede, qu'ils ont reçu un entraînement au maniement des armes et qu'ils ont été envoyés en RDC pour rejoindre le M23", a déclaré à la BBC Hiroute Guebre-Selassie, chef du bureau de la Mission de l'ONU (Monusco) à Goma, la capitale provinciale.

Le M23 (Mouvement du 23 mars) est issu de l'ex-rébellion tutsi-congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), que le Rwanda avait démenti soutenir du temps de sa dissidence, et intégrée dans l'armée en 2009 après des accords de paix avec Kinshasa.

hv-hab/jlh/sba

PLUS:afp