NOUVELLES

Près de 90 morts en Syrie dimanche, dont 34 dans un assaut sur Hama (ONG)

28/05/2012 03:23 EDT | Actualisé 27/07/2012 05:12 EDT

Les violences en Syrie dimanche ont fait 87 morts, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme qui dénombre 34 morts dans la ville de Hama (centre) cible d'une offensive des troupes gouvernementales syriennes.

Il s'agit d'un des plus lourds bilan pour une journée depuis l'entrée en vigueur le 12 avril de la trêve négociée par le médiateur international Kofi Annan, attendu à Damas lundi.

L'OSDH, basée en Grande-Bretagne, indique que la ville de Hama, haut lieu de la contestation, a été attaquée à la mitrailleuse lourde et à la roquette, précisant que sept enfants de moins de 16 ans et cinq femmes font partie des victimes.

Cette offensive s'est déroulée alors même que le Conseil de sécurité de l'ONU condamnait les autorités syriennes pour une autre attaque menée vendredi sur un quartier résidentiel à Houla (centre), qui a fait au moins 108 morts dont une trentaine d'enfants de moins de 10 ans selon l'ONU.

Selon des militants à Hama, l'armée a attaqué des quartiers résidentiels en représailles après la mort de soldats dans des combats avec des déserteurs.

"Nous avons très peur maintenant, car les troupes du régime encerclent les zones où se sont déroulés les combats, et nous craignons une nouvelle attaque", a déclaré lundi matin à l'AFP un militant anti-régime sur place.

"Nous ne savons pas ce qui va se passer. C'est une ville fantôme. Le bruit des tirs et des combats la nuit dernière était terrible", a-t-il poursuivi.

Selon les militants, "les forces du régime n'ont pas réussi à pénétrer les zones de Hama où il y avait une forte présence des rebelles, c'est pourquoi elles ont commencé à viser les civils sans discernement. Ils n'ont fait aucune différence entre civils et combattants".

Selon l'OSDH, plus de 13.000 personnes, en majorité des civils, ont été tuées dans les violences depuis le début mi-mars 2011 de la révolte en Syrie contre le régime du président Bachar al-Assad.

Depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu le 12 avril -systématiquement violé depuis-, au moins 1.881 personnes ont péri dans les violences, selon la même source.

cnp/sw

PLUS:afp