NOUVELLES

Matches truqués en Italie - Prandelli: "Des dégâts terribles"

28/05/2012 02:22 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Le sélectionneur de l'Italie, Cesare Prandelli, a estimé que l'affaire des matches truqués du "Calcioscommesse" commettait "des dégâts terribles" pour l'image du football italien, à la veille d'un match amical contre le Luxembourg à Parme pour préparer l'Euro-2012.

Il a expliqué renoncer à son défenseur Domenico Criscito, entendu comme témoin assisté au centre d'entraînement de l'équipe nationale à Coverciano, car la pression était "inhumaine".

QUESTION: Que pensez-vous du tempo de cette opération de police, à 24 heures de la divulgation de la liste des 23 joueurs pour l'Euro-2012?

REPONSE: "Quelques uns se sont posés la question à Coverciano, mais je ne le vois pas en mal: et si la notification de témoin assisté était arrivée d'ici quatre jours? Au début, notre sentiment c'était la peur, puis nous avons bien réagi. Quand j'ai vu pendant quelques minutes Criscito, on ne pouvait pas se parler..."

Q: Pourquoi renoncez-vous à Criscito?

R: "Je n'emmène pas Criscito parce qu'il aurait vécu une pression inhumaine, qu'aucun être humain ne peut soutenir. Il n'est pas tout à fait serein. L'autre raison, c'est qu'il aurait pu être appelé par le procureur à n'importe quel moment, avant un match."

Q: Quel est votre sentiment sur le "Calcioscommesse?

R: "Ce qui est arrivé cause des dégâts terribles, surtout pour les enfants qui nous supportent. Je me suis rendu hier à l'hôpital Meyer (établissement pédiatrique de Florence), un garçon m'a dit: +Je me bats depuis trois mois contre une maladie, et eux ils font ces choses-là. Je n'ai aucune pitié+. Si des joueurs ont sali le maillot de l'équipe nationale, il est juste qu'ils paient."

Entretien réalisé en conférence de presse.

eba/gd

PLUS:afp