NOUVELLES

Les pays arabes examinent une réponse au "massacre de Houla" (ministre)

28/05/2012 10:31 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Le ministre marocain des affaires étrangères Saad Dine El Othmani a indiqué lundi que les pays arabes étaient en concertation pour arrêter une réponse commune au massacre perpétré à Houla, dans le centre de la Syrie, où 108 personnes, dont une cinquantaine d'enfants, ont été tués.

"Les ministres des Affaires étrangères arabes examineront la possibilité de la tenue d'une réunion extraordinaire pour débattre des nouveaux développements de la situation en Syrie", a dit M. Othmani, cité par l'agence marocaine MAP.

Le Maroc est en discussion avec plusieurs pays arabes pour examiner les modalités d'une réponse au "massacre de Houla", a indiqué le ministre au site internet en langue arabe de l'agence turque Anatolie, selon la MAP.

Cette réponse se fera soit par une initiative arabe ou dans le cadre du Conseil de sécurité de l'ONU pour mettre en oeuvre le plan de Kofi Annan, émissaire conjoint de la Ligue arabe et de l'ONU pour la Syrie, qui appelle à un arrêt des violences par toutes les parties, le retrait des forces et des armes lourdes des villes syriennes, le déploiement des observateurs internationaux, la libération des prisonniers politiques et l'instauration d'un dialogue entre le gouvernement et l'opposition, a souligné Anatolie citant M. El Otmani.

Le Maroc a vigoureusement dénoncé dimanche "le massacre de Houla en Syrie qui a fait un grand nombre de victimes innocentes parmi les civils dont des enfants", réitérant son appel à la communauté internationale pour assumer pleinement ses responsabilités en vue de protéger les civils en Syrie, indique la MAP.

Le Maroc représente le groupe arabe au sein du Conseil de sécurité de l'ONU où il siège en tant que membre non permanent.

Dimanche, le Koweït a annoncé avoir l'intention, en sa qualité de président actuel de la Ligue arabe, de convoquer une réunion d'urgence de l'organisation sur la Syrie après ce massacre, une réunion réclamée dès samedi par les Emirats arabes unis.

hm/jlh

PLUS:afp