NOUVELLES

Le smog californien menace les plus vieux arbres du monde

28/05/2012 02:53 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

LOS ANGELES, États-Unis - La forêt californienne qui abrite les plus grandes et plus anciennes formes de vie sur Terre, les séquoias redwood, est aussi celle où on retrouve la pire qualité de l'air de tous les parcs nationaux américains.

Le groupe environnemental National Park Conservation Association affirme que les niveaux d'ozone y sont comparables à ceux de grands centres urbains comme Los Angeles.

Des affiches placées dans les centres d'accueil préviennent les visiteurs lorsqu'il n'est pas sécuritaire de partir en randonnée. Les demandeurs d'emplois sont informés que ce lieu de travail n'est pas sain. Et les employés du parc sont renseignés chaque année sur d'éventuels risques pour leur santé.

L'effet à long terme sur des arbres qui, dans certains cas, survivent depuis plus de 3000 ans demeure incertain, même si on sait que la pollution les rend plus vulnérables à la sécheresse et aux insectes.

Le parc national Joshua Tree, dans le désert californien du Mojave, et le parc national Great Smoky Mountains, en Caroline du Nord, ont aussi des problèmes de pollution, mais c'est au parc Sequoia que la situation est la plus dramatique.

Si les incendies de forêt créent une certaine pollution, le problème provient principalement de la vallée San Joaquin où on retrouve deux des plusieurs importantes autoroutes de l'État, des rails de chemin de fer, des usines de transformation des aliments et des dizaines de milliers de tracteurs au diésel.

Le niveau d'ozone a dépassé les normes de sécurité fédérales au parc Sequoia depuis le début de l'année, même si la saison estivale la plus propice au smog ne fait que commencer. L'an dernier, entre juin et septembre, les normes fédérales ont été outrepassées à 87 reprises.

PLUS:pc