NOUVELLES

Le procès d'un Rwandais accusé de crimes de guerre s'ouvre à Ottawa

28/05/2012 03:41 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Le procès d'un ancien enseignant rwandais poursuivi pour participation au massacre de près de 2.000 Tutsis lors du génocide de 1994 a commencé lundi à Ottawa, l'accusé plaidant non coupable.

Il s'agit du deuxième procès du genre au Canada, intenté grâce à la loi contre les crimes de guerre adoptée en 2000.

Jacques Mungwarere, 39 ans, est accusé d'avoir pris part à un massacre de Tutsis sur le terrain d'un hôpital où ils s'étaient réfugiés dans la préfecture de Kibuye. Il est notamment accusé d'avoir tué des enfants et violé des femmes.

Mungwarere devait être jugé par un jury, mais a changé d'avis au dernier moment et le sera par un seul magistrat.

Après l'avoir entendu plaider non coupable, le ministère public a annoncé qu'il allait présenter par retransmission vidéo des témoignages de plusieurs Rwandais. Ceux-ci devraient raconter comment M. Mungwarere et ses complices pourchassaient les survivants du massacre à l'hôpital pendant leur fuite dans les collines environnantes.

Ces témoins auraient également vu l'accusé tuer deux enfants d'une balle dans la tête, selon l'accusation.

Immigré au Canada, employé dans une usine de Windsor en Ontario où il vivait avec sa femme et ses trois enfants, le suspect a été reconnu à bord d'un bus par un de ses anciens éléves.

Il a été arrêté en 2009, au bout d'une enquête de six ans.

Le premier procès au Canada d'un Rwandais accusé de crimes de guerre, Desiré Munyaneza, a abouti à sa condamnation à la prison à vie en 2009.

Un autre Rwandais, l'ex-homme politique Léon Mugesera, a été extradé du Canada vers son pays d'origine en janvier dernier à l'issue d'une longue bataille judiciaire. Il est jugé à Kigali pour "incitation au génocide" lors d'un discours prononcé deux ans avant les massacres de 1994.

amc-via/mra

PLUS:afp