NOUVELLES

Kenya: trente blessés dans une explosion "probablement" accidentelle (police)

28/05/2012 08:07 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Une explosion qui a fait une trentaine de blessés lundi dans un petit centre commercial en plein coeur de la capitale kényane Nairobi a été "le plus probablement dûe à un problème électrique" dans ce bâtiment, a indiqué le chef de la police kényane Mathew Iteere.

Le chef de la police s'exprimait devant la presse devant le principal hôpital de la ville, le Kenyatta National Hospital, où ont été admis 27 blessés à la suite de cette explosion.

"A ce stade nous sommes en mesure de prouver qu'il ne s'agissait pas d'une attaque à la grenade ou de l'explosion d'une bombe", a déclaré M. Iteere. "Les conclusions préliminaires nous donnent à penser qu'il s'est agi d'un problème électrique" qui a provoqué une explosion puis un début d'incendie dans le centre commercial, a poursuivi le chef de la police kényane.

L'explosion est survenue vers 13h15 locales (10h15 GMT) à l'intérieur d'un bâtiment qui héberge des petites boutiques, notamment de vente de vêtements, sur l'avenue Moi, du nom de l'ancien président kényan Daniel Arap Moi, une artère particulièrement fréquentée de Nairobi.

Des pompiers ont maîtrisé l'incendie qui s'est déclaré à la suite de l'explosion dans le bâtiment, dont le toit de tôle a été endommagé et d'où une épaisse colonne de fumée s'est d'abord élevée.

Plusieurs ambulances ont évacué les blessés les plus graves, et la police bloquait l'accès à cette avenue.

"J'ai vu trois femmes être évacuées des lieux, elles étaient grièvement blessées et deux d'entre elles étaient grièvement brûlées", a rapporté le gérant d'une des boutiques du centre, Jacob Mulwa.

"Je passais par là quand j'ai entendu une puissante explosion, et j'ai été touché par des éclats de verre alors que je courais dans la direction opposée", a rapporté un autre témoin, George Maina.

L'explosion a initialement donné à penser qu'il pouvait s'agir d'un nouvel attentat provoqué par les insurgés islamistes somaliens shebab ou leurs sympathisants.

Une série d'attentats à la grenade ont en effet été commis ces derniers mois au Kenya, depuis la décision du gouvernement kényan en octobre dernier d'envoyer son armée en Somalie pour y déloger les shebab qui contrôlaient alors la plus grande partie du sud et du centre de ce pays.

bb/ej

PLUS:afp