NOUVELLES

Jour du souvenir: Obama évoque la fin des guerres en Irak et Afghanistan

28/05/2012 12:20 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Le président Barack Obama a évoqué lundi la fin de la guerre en Irak et celle, prochaine, en Afghanistan, en participant lundi aux cérémonies du "Memorial Day", jour du souvenir des militaires américains disparus.

"En ce jour du souvenir, pour la première fois en neuf ans, des Américains ne se battent pas et ne meurent pas en Irak. Nous sommes en train de mettre un terme à la guerre en Afghanistan, et nos soldats vont continuer à rentrer chez eux", a expliqué M. Obama au cimetière national d'Arlington.

Le président avait auparavant déposé une gerbe devant la tombe du soldat inconnu sur la colline surplombant ce sanctuaire au sud de Washington où sont enterrés plusieurs centaines de milliers de militaires.

"Après une décennie sous les nuages noirs de la guerre, nous pouvons voir la lumière d'un nouveau jour à l'horizon", a affirmé M. Obama, qui a mis fin à l'engagement américain en Irak. Le dernier soldat américain a quitté ce pays en décembre.

Parallèlement, M. Obama a prévu le retrait d'Afghanistan des "troupes combattantes" d'ici à la fin 2014, tout en concluant avec son homologue Hamid Karzaï un accord encadrant la présence de militaires sur le sol afghan jusqu'à 2024.

M. Obama a mentionné lundi les quelque 4.500 soldats américains tués en Irak entre mars 2003 et décembre 2011. "Particulièrement pour ceux qui ont perdu un proche, ce chapitre restera ouvert bien après que les armes se sont tues. Aujourd'hui, avec la guerre en Irak enfin terminée, il faut rendre hommage aux sacrifices qui ont eu lieu pendant ce conflit", a-t-il dit.

Le président n'a pas fait directement allusion au fait qu'il s'était opposé à la guerre en Irak lancée par son prédécesseur républicain George W. Bush, lancée au nom d'"armes de destruction massive" qui n'ont jamais été retrouvées.

Mais il a expliqué lundi qu'envoyer des soldats au combat était "la décision la plus difficile que j'aie à prendre".

"Je peux vous promettre que je ne le ferai jamais si ce n'est pas absolument nécessaire", a-t-il dit.

Le président devait s'exprimer à nouveau en début d'après-midi à Washington devant le monument aux soldats de la guerre du Vietnam.

bur-tq/mra

PLUS:afp