NOUVELLES

Israël sort de sa "réserve médiatique" sur la Syrie (porte-parole)

28/05/2012 06:13 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

Israël a décidé de sortir de sa "réserve médiatique" à propos de la Syrie en raison du niveau "exceptionnel" des massacres qui y sont commis, a affirmé lundi à l'AFP un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"Au vu du caractère exceptionnel des massacres commis par le régime, Israël est sorti de la réserve médiatique observée jusqu'à présent", a déclaré Yigal Palmor.

Il faisait allusion au communiqué publié dimanche par le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui s'est dit "écoeuré par le massacre incessant mené par les forces du président syrien Bachar al-Assad contre des civils qui ne sont pas impliqués (dans le conflit), un massacre qui s'est poursuivi ce week-end à Houla et a touché des dizaines d'enfants innocents".

Il s'agit de la plus ferme condamnation à ce jour par le bureau du Premier ministre de la répression en Syrie.

Le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le général norvégien Robert Mood, a indiqué au Conseil de sécurité qu'au moins 108 personnes avaient été tuées à Houla (centre), atteintes par des éclats d'obus ou exécutées à bout portant, dont 49 enfants.

Les dirigeants israéliens, inquiets de l'incertitude qui suivrait une chute du président Assad, n'avaient jusqu'à présent condamné que timidement les violences en Syrie.

Le porte-parole des Affaires étrangères a souligné que le changement de ton d'Israël ne visait pas à répondre aux critiques des insurgés syriens dont certains accusent Israël de soutenir le régime du président Assad.

"Nous ne réagissons pas par opportunisme. De toute façon, nous sommes considérés comme des Satans par les deux côtés. Le régime syrien nous accuse de soutenir les insurgés et les insurgés proclament que nous soutenons Bachar al-Assad", a ajouté M. Palmor.

Israël et la Syrie sont officiellement en état de guerre.

Malgré l'occupation et l'annexion par Israël du plateau syrien du Golan, une décision non reconnue par la communauté internationale, la frontière entre les deux pays n'a connu aucun incident notable depuis la fin de la guerre israélo-arabe en octobre 1973.

jlr/sst/feb

PLUS:afp