Sécheresse et menace de pénurie alimentaire aggravée en Corée du Nord

Publication: Mis à jour:
NORTH KOREA
AP

SÉOUL, Corée du Sud - La Corée du Nord a affirmé lundi qu'elle subissait une forte sécheresse qui pourrait aggraver les pénuries alimentaires existantes. Il est peu probable qu'elle reçoive l'aide des États-Unis ou de la Corée du Sud après avoir tenté de lancer une fusée dans l'espace le mois dernier en dépit des condamnations de la communauté internationale.

Le pays souffre de pénuries alimentaires chroniques depuis 20 ans, conséquences d'une mauvaise gestion économique et agricole ainsi que de catastrophes naturelles. On estime que la famine a fait plusieurs centaines de milliers de morts dans les années 1990.

Il n'a presque pas plu en Corée du Nord depuis le 27 avril et cela devrait durer au moins jusqu'à la fin du mois, selon l'Administration hydrométéorologique nationale. Des fonctionnaires et autres travailleurs ont été mobilisés pour irriguer les terres, réparer les puits et faire fonctionner les pompes à eau, d'après les médias d'État.

Les régions de la côte ouest sont particulièrement touchées en cette période cruciale de soudure. Des journalistes de l'Associated Press autorisés à se rendre dans une partie de la province du Phyongan du Sud ont constaté que les champs étaient asséchés et craquelés et que les paysans se plaignaient d'une grave sécheresse. «Depuis plus de 30 ans que je travaille ici, je n'ai jamais vu une telle sécheresse», a déclaré à l'AP An Song Min, à la Ferme coopérative de Tokhae, dans la région de Nampho.

On ignore toutefois si cette situation est représentative de celle de toute la zone. L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a précisé qu'elle n'avait pas encore visité les régions affectées et ne pouvait donc pas confirmer l'étendue ou la sévérité de la sécheresse.

Selon Percy Misika, représentant de la FAO dans la région et basé à Pékin, les fermiers transfèrent les semis dans les champs dans l'espoir qu'ils y trouvent suffisamment d'humidité pour s'enraciner. Il estime qu'au bout d'une ou deux semaines supplémentaires de sécheresse la situation «sera critique. Si c'est moins, l'espoir demeure».

La FAO notait dans un rapport publié l'an dernier que la Corée du Nord connaissait fréquemment des sécheresses au printemps, en hiver et à l'automne. Le changement climatique a engendré des conditions météorologiques plus extrêmes, avec des hivers plus froids, des pluies et cyclones plus violents en été et des sécheresses plus fréquentes et plus longues, ajoutait l'agence.

Les demandes de soutien alimentaire de Pyongyang suscitent cependant un certain malaise car il est difficile de s'assurer dans une dictature aussi fermée que l'aide n'est pas détournée par l'armée et les élites au lieu d'aller aux affamés. Le gouvernement américain a ainsi suspendu son aide alimentaire en 2009 après l'expulsion des superviseurs étrangers de la distribution.

En février, la Corée du Nord avait obtenu une aide alimentaire de 240 000 tonnes des États-Unis en échange du gel de ses activités nucléaires et balistiques mais l'accord a été rompu par sa tentative de mise en orbite d'un satellite météorologique — selon la version officielle — à la mi-avril. La communauté internationale craint que les fusées ne servent à porter des armes nucléaires.

Le gouvernement conservateur de Corée du Sud a pour sa part mis fin à une importante aide alimentaire directe à son voisin du Nord à son arrivée au pouvoir en 2008, exigeant que le régime communiste entame d'abord le démantèlement de son programme nucléaire.

Sur le web

La Corée du Nord connaît une grave sécheresse