NOUVELLES

Compressions: Ottawa était sur la bonne voie avant même le dépôt du budget

28/05/2012 01:48 EDT | Actualisé 28/07/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le directeur parlementaire du budget, Kevin Page, estime que le gouvernement fédéral était en très bonne posture pour réduire ses dépenses de fonctionnement avant même qu'il n'impose les mesures d'austérité annoncées dans le budget du mois de mars dernier.

Le plus récent rapport de M. Page suggère qu'Ottawa réussit à réduire ses dépenses afin d'atteindre son objectif d'équilibrer le budget au cours des quatre prochaines années.

Tandis que les paiements de transferts aux provinces et aux particuliers pour les soins de santé, les programmes de la sécurité de la vieillesse et l'assurance-emploi continuent d'augmenter, le gouvernement réussit à réduire la majorité des coûts de fonctionnement — qui se contrôlent plus facilement.

Le rapport s'inscrit dans le processus de surveillance que mène régulièrement M. Page. Il indique que les coûts diminuaient déjà avant même que ne soient annoncées les compressions prévues dans le plus récent budget — soit une diminution des coûts d'opération de 5,2 milliards $ et l'abolition de 19 200 postes au cours des trois prochaines années.

Selon le directeur parlementaire du budget, les dépenses en ressources humaines diminueront cette année d'environ deux pour cent, soit 700 millions $, pour atteindre 38,4 milliards $ pour l'année fiscale, une conséquence des révisions de programmes lancées en 2010 et 2011.

La réduction serait plus importante encore si ce n'était des 850 millions $ de paiements uniques, prévus dans la convention collective, pour les fonctionnaires qui quittent leur poste.

Une fois que ces mesures de réduction des coûts auront été complétées, Ottawa aura éliminé quelque 8600 emplois dans la fonction publique fédérale.

«Les 19 200 postes abolis en vertu du budget 2012 réduiront encore l'effectif», lit-on dans le rapport de M. Page.

Il est également indiqué que les baisses d'effectifs ne couvriront qu'environ un tiers des réductions prévues dans les dépenses de fonctionnement des ministères.

Le directeur parlementaire du budget soutient que près de la moitié des 5,2 milliards $ en économies sera réalisé dans les dépenses administratives — comme les fournitures et les frais de services publics — ainsi que dans les services juridiques, les recours aux agents contractuels ou aux entreprises d'experts-conseils externes.

Le reste des économies proviendra de réductions de paiements comme les subventions et les contributions.

PLUS:pc