NOUVELLES

Tirs sur des funérailles à Damas, manifestations contre le massacre de Houla

27/05/2012 12:28 EDT | Actualisé 27/07/2012 05:12 EDT

Les troupes syriennes ont tiré dimanche sur des funérailles à Damas a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, au moment où plusieurs manifestations se déroulaient dans le pays pour dénoncer le massacre de Houla attribué par l'opposition au régime du président syrien.

Au total, treize personnes ont trouvé la mort à travers le pays dimanche.

Dans la capitale, les troupes du régime ont tiré sans discernement sur des funérailles dans le quartier de Nahr Aïcha, blessant au moins six personnes selon l'OSDH.

Dans la province de Damas, un jeune homme a été tué dans la localité de Yalda dimanche, et un autre à Deraya dans la nuit de samedi à dimanche.

Dans la ville de Homs (centre), quatre personnes ont été tuées, dont deux femmes par un tireur embusqué dans le quartier de Soultaniyé, et un militant a également été abattu par un sniper à Khaldiyé.

Une adolescente de 16 ans, un garçon de 11 ans, un autre enfant et un quatrième civil ont été tués par des tirs de mortiers et de mitrailleuses lourdes sur la ville de Khan Cheikhoune à Idleb (nord-ouest).

A Hama, haut lieu de la contestation dans le centre du pays secoué par de violents combats entre les troupes gouvernementales syriennes et des rebelles, trois civils ont été tués, dont un conducteur de bus touché par un tireur embusqué et deux civils victimes d'opérations des services de sécurité.

Les forces régulières ont lancé un assaut contre le village d'al-Karim dans la province de Hama (centre), blessant trois civils dont un grièvement et déployé ses véhicules militaires dans d'autres localités.

Par ailleurs, plusieurs manifestations ont eu lieu à Alep (nord), Idleb, Deraa (sud), Hama et dans les environs de Damas pour dénoncer le massacre de Houla (centre) où une centaine de personnes dont 32 enfants ont été tuées sur 24 heures.

"Houla, ne t'inquiète pas, par mon sang, par mon âme, nous nous sacrifierons pour toi", ont scandé les manifestants dans la province de Hama.

ram/cnp/sw

PLUS:afp