NOUVELLES

Syrie: le PS français appelle la communauté internationale à faire cesser le massacre

27/05/2012 05:08 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

Le parti socialiste français, formation politique du président François Hollande, a appelé dimanche la communauté internationale à agir pour faire "cesser le massacre en Syrie" après la mort de 92 personnes, dont plus de 32 enfants, à Houla.

"Le Parti socialiste condamne avec la plus grande force le massacre commis dans la ville de Houla", écrit, dans un communiqué le député Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS en charge des questions internationales.

Les socialistes, soutiens du nouveau chef de l'Etat, accueillent "avec satisfaction la décision du gouvernement (français) de prendre immédiatement des contacts avec le groupe des pays amis du peuple syrien pour les réunir à Paris afin de prendre des initiatives pour cesser le massacre en Syrie".

"Le Parti socialiste demande à l'ensemble de la communauté internationale, l'Union européenne et l'ONU en particulier d'agir dans ce sens", ajoute-t-il, dénonçant "un niveau de barbarie sans précédent" du régime du président Bachar al-Assad.

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius avait condamné samedi ces "massacres" et les "atrocités" infligées au peuple syrien, et avait appelé la communauté internationale à se mobiliser davantage.

Londres, Berlin et Washington ont dénoncé cette tuerie, sans toutefois relever l'appel lancé par l'Armée syrienne libre (ASL), composée en majorité de déserteurs, à mener des "raids aériens" contre le régime de Bachar al-Assad.

L'opposition a accusé le pouvoir d'avoir commis ce massacre. En retour, l'agence officielle Sana a accusé des "groupes terroristes armés" d'avoir "incendié et fait exploser vendredi soir des maisons (...) afin de faire croire que les forces armées syriennes bombardaient la région".

Le chef des observateurs, le général Robert Mood, n'a pas désigné de responsables mais a souligné que "les observateurs ont confirmé (...) l'usage d'artillerie tirée depuis des chars".

L'ASL est essentiellement composée de militaires qui désertent avec leurs armes légères, tandis que les chars de l'armée sont toujours déployés dans les villes en violation du plan Annan censé mettre fin aux violences.

st/kat/pb

PLUS:afp