NOUVELLES

Les Géorgiens descendent dans la rue pour protester contre leur président

27/05/2012 08:44 EDT | Actualisé 27/07/2012 05:12 EDT

TBILISI, Géorgie - Des dizaines de milliers de personnes ont envahi les rues de la capitale géorgienne, dimanche, pour démontrer leur opposition au président Mikhail Saakashvili dans le cadre de la plus importante manifestation anti-gouvernement des trois dernières années.

Ce rassemblement était vu comme un test de l'appui public envers l'opposition à l'approche des élections parlementaires d'octobre. Il s'agissait également d'un premier véritable bain de foule politique pour l'organisateur Bidzina Ivanishvili, un homme d'affaires milliardaire — le plus riche de la Géorgie, et le principal philanthrope du pays. Il a effectué ses débuts en politique en octobre, annonçant qu'il formait un parti politique visant à remporter le scrutin parlementaire, lui donnant de fait accès au poste de premier ministre.

Le second et dernier mandat présidentiel de M. Saakashvili prendra fin en janvier, et son avenir est imprécis. Il n'a pas exclu de devenir premier ministre, un poste qui héritera de pouvoirs supplémentaires en vertu d'une réforme constitutionnelle remontant à 2010. Les opposants du président sortant estiment que celle-ci a été conçue pour permettre à M. Saakashvili de demeurer une force politique après avoir quitté la présidence.

Les organisateurs ont fait état de 110 000 participants à Tbilisi, dimanche, tandis que la police parlait plutôt de 30 000.

Le président sortant est apprécié pour avoir mené à bien diverses réformes politiques et économiques, mais a également entraîné le pays dans une guerre désastreuse avec la Russie en 2008 à propos de deux républiques géorgiennes désormais entièrement alliées avec Moscou et au-delà du contrôle de Tbilisi.

M. Saakashvili avait d'ailleurs dû subir des semaines de manifestations en 2009, alors que l'opposition exigeait son départ. L'absence de coordination de l'opposition avait toutefois éventuellement sonné la fin du mouvement.

M. Ivanishvili a formé une coalition avec certains partis d'opposition, mais a refusé de travailler avec d'autres, y compris le parti dirigé par le vétéran de l'opposition Nino Burdzhanadze.

PLUS:pc