NOUVELLES

Le Soudan prêt à retirer ses troupes d'Abyei (Jimmy Carter)

27/05/2012 03:54 EDT | Actualisé 27/07/2012 05:12 EDT

Le Soudan s'est dit prêt à retirer ses soldats de la région disputée d'Abyei, a affirmé dimanche l'ancien président américain Jimmy Carter à l'issue d'une réunion avec le président Omar el-Béchir.

"Il a dit aux négociateurs qu'il était prêt à retirer ses troupes d'Abyei", a déclaré M. Carter à la presse après une rencontre avec M. Béchir et l'ancien ministre algérien des Affaires étrangères Lakhdar Brahimi.

MM. Brahimi et Carter font partie de l'ONG "Global Elders" présidée par l'archevêque sud-africain Desmond Tutu.

Cette rencontre intervient à l'approche de nouveaux pourparlers mardi à Addis Abeba entre Soudan et Soudan du Sud après les violents affrontements d'avril qui ont fait craindre une guerre ouverte.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exigé mi-mai du Soudan "qu'il retire immédiatement et sans conditions" ses soldats et policiers de la région frontalière disputée d'Abyei, dans une résolution prolongeant pour six mois le mandat de la force de l'ONU à Abyei.

En vertu d'un accord de juin 2011, Khartoum doit choisir parmi trois candidats présentés par Juba pour diriger Abyei, tandis que Juba doit choisir parmi trois candidats de Khartoum pour le poste de vice-administrateur.

Le Conseil de sécurité a aussi réitéré les termes de son ultimatum aux deux pays, formulés dans une précédente résolution adoptée début mai. Celle-ci demandait notamment au Soudan et au Soudan du Sud de retirer chacun leurs troupes de leur côté de la frontière et d'activer le "mécanisme conjoint de vérification et de surveillance" de cette frontière contestée.

Le mandat de la Force intérimaire de sécurité des Nations unies pour Abyei (FISNUA), constituée de quelque 3.700 Casques bleus éthiopiens, sera "réexaminé après une période de quatre mois" pour tenir compte éventuellement de l'application par les deux pays de leurs engagements, précise la nouvelle résolution.

Les tensions n'ont cessé de s'intensifier entre Soudan et Soudan du Sud depuis l'indépendance du second en juillet 2011 en raison de différends jamais réglés, parmi lesquels la délimitation de la frontière commune, le partage des revenus pétroliers et le statut de zones contestées, comme celle d'Abyei.

it/sbh/sw

PLUS:afp