NOUVELLES

La France évite l'humiliation face à l'Islande mais inquiète avant l'Euro

27/05/2012 05:32 EDT | Actualisé 27/07/2012 05:12 EDT

Menée 2-0 à la mi-temps, l'équipe de France est parvenue à refaire son retard et à éviter l'humiliation face à la modeste Islande (3-2) pour son premier match de préparation sur la route de l'Euro-2012, dimanche.

Même victorieux, ce résultat laisse perplexe à deux semaines de ses débuts dans le tournoi contre l'Angleterre.

Même dans ses pires cauchemars, Laurent Blanc n'aurait sans doute pas imaginé vivre un début de rencontre aussi catastrophique à Valenciennes, qui plus est face à l'une des plus faibles formations européennes, 131e au classement Fifa.

Mais après deux buts signés de deux joueurs totalement inconnus sur la scène internationale, Bjarnason (28e) et Sigthorsson (33e), les Bleus ont sauvé la face grâce à Debuchy (52e), Ribéry (86e) et Rami (87e) et porté leur série d'invincibilité à 19 matches.

Ce succès à l'arraché ravive les pires craintes avant le départ pour l'Ukraine, prévue le 6 juin, même si, contrairement à 2010 et au revers honteux contre la Chine (1-0 à La Réunion), annonciateur de la débâcle du Mondial, la France a cette fois réussi à imposer sa loi.

Sur le papier, le onze aligné avait fière allure avec cinq éléments à vocation offensive, dont le duo Nasri-Gourcuff dans l'entre-jeu et la première titularisation en équipe de France des quatre surdoués de la génération 87 (Nasri, Ben Arfa, Ménez, Benzema). Cette composition, censée privilégier la technique, s'est avérée totalement contre-productive, les Bleus manquant de jus.

Il a fallu l'entrée en jeu de Ribéry, auteur de son premier but en équipe de France depuis avril 2009, et Giroud, passeur décisif pour Rami, pour voir les Bleus reprendre des couleurs.

Autre motif d'inquiétude: la faiblesse de la défense, surtout de Mexès et d'Evra, très souvent dépassés et coupables sur les deux buts encaissés.

Il reste aux Bleus deux matches (contre la Serbie, jeudi à Reims, et l'Estonie, le 5 juin) pour partir à l'Euro avec autre chose qu'un moral en berne.

kn/nip

PLUS:afp