NOUVELLES

La condamnation du médecin pakistanais "n'aide pas" la relation avec les USA (Panetta)

27/05/2012 09:49 EDT | Actualisé 27/07/2012 05:12 EDT

La condamnation par le Pakistan d'un médecin à 33 ans de prison pour avoir aidé la CIA à débusquer Oussama ben Laden "n'aide pas" à l'amélioration des relations avec les Etats-Unis, a estimé dimanche le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta.

"Il est dérangeant d'assister à la condamnation de ce médecin à 33 ans (de prison) pour avoir aidé à la traque du terroriste le plus tristement célèbre de notre époque. Ce docteur ne travaillait pas contre le Pakistan, il oeuvrait contre Al-Qaïda", a déclaré le chef du Pentagone sur la chaîne américaine ABC.

Pour M. Panetta, qui était directeur de la CIA à l'époque du raid contre Oussama ben Laden, la réaction d'Islamabad "n'aide pas les efforts pour tenter de rétablir une relation entre les Etats-Unis et le Pakistan".

Le Dr Shakeel Afridi était accusé par la justice pakistanaise d'avoir mené une fausse campagne de vaccination à Abbottabad, la ville où se terrait le chef d'Al-Qaïda avec ses femmes et ses enfants, pour tenter de prélever leur ADN.

Le raid contre le chef d'Al-Qaïda au coeur du territoire pakistanais en mai 2011 a dégradé un peu plus les relations déjà exécrables entre Washington et Islamabad, officiellement allié dans la lutte antiterroriste.

"La relation avec le Pakistan est l'une des plus compliquées que nous ayons", a reconnu M. Panetta mais "nous devons y travailler, c'est important. C'est un pays qui a des armes nucléaires".

Nouvelle étape dans la dégradation des relations entre les deux pays, le Pakistan a annulé le droit de passage sur son territoire aux convois de ravitaillement de l'Otan vers l'Afghanistan depuis six mois en représailles à une bavure américaine au cours de laquelle 24 soldats pakistanais ont été tués dans un bombardement aérien.

Les deux pays négocient actuellement la réouverture de ces routes mais les discussions achoppent sur le péage exigé par le Pakistan, de 5.000 dollars par camion, soit 30 fois plus qu'auparavant selon la presse américaine.

"On ne va pas se faire avoir sur le prix, nous voulons un prix juste", a promis Leon Panetta.

mra/gde

PLUS:afp