NOUVELLES

Fin du débarquement de la force ouest-africaine en Guinée-Bissau

27/05/2012 03:17 EDT | Actualisé 27/07/2012 05:12 EDT

La force militaire ouest-africaine de quelque 600 éléments destinée à sécuriser la transition en Guinée-Bissau après le coup d'Etat militaire du 12 avril a achevé dimanche son débarquement à Bissau, a-t-on appris de source militaire.

"Nos effectifs sont en place", a déclaré à l'AFP un officier de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Basée au camp de Cuméré, à 35 km au nord de Bissau, la force compte officiellement 629 hommes et femmes, policiers, gendarmes ou militaires: 300 Nigérians et quelque 200 Sénégalais, le reste des effectifs venant du Burkina Faso, qui avait donné le coup d'envoi du débarquement le 17 mai.

Des Transall du Nigeria ont encore effectué plusieurs rotations dimanche pour apporter du matériel, des véhicules et du ravitaillement, a constaté un journaliste de l'AFP.

Aucune précision n'a été donnée pour l'heure sur les modalités du déploiement de cette force régionale.

La mission militaire angolaise (Missang) d'environ 600 éléments présente dans le pays depuis plus d'un an "se retire à partir du mardi 29 mai", a déclaré le représentant de la Cédéao à Bissau, Ansumane Ceesay, précisant que "l'opération peut durer quatre ou cinq jours".

C'est la présence de la Missang qui a officiellement motivé le coup d'Etat militaire du 12 avril, l'état-major bissau-guinéen l'accusant depuis des mois de soutenir les autorités renversées et d'avoir des ambitions "colonialistes".

Un président de transition Manuel Serifo Nhamadjo a été investi et un gouvernement mis en place mardi pour un an, dirigé par le Premier ministre Rui Duarte Barros, dans le cadre d'un processus de sortie de crise auquel l'ex-parti au pouvoir ne participe pas. L'ex-junte est censée retrourner prochainement dans les casernes.

Petit pays à l'instabilité chronique, la Guinée-Bissau, ex-colonie portugaise, est en outre devenue ces dernières années une plaque tournante du trafic de drogue entre l'Amérique latine et l'Europe.

aye-tmo/aub

PLUS:afp