NOUVELLES

Conflit étudiant au Québec: les organisateurs des festivals d'été inquiets

27/05/2012 03:37 EDT | Actualisé 27/07/2012 05:12 EDT

Les organisateurs de la centaine de festivals de musique, théâtre et autres événements sportifs qui ponctuent l'été à Montréal s'inquiétent d'éventuels débordements du mouvement estudiantin sur leurs programmations, après 15 semaines de manifestations parfois violentes.

"Nous sommes préoccupés" a concédé la ministre du Tourisme du Québec, Nicole Ménard dimanche lors d'une conférence de presse censée lancer la saison des événements culturels 2012. "Je suis désolée de ce qui peut se dire à l'étranger", a-t-elle déclaré à l'AFP. "Il faut apporter des nuances, bien sûr on montre souvent des images qui ne devraient pas être présentées alors c'est pour ça qu'on a besoin de nuancer ce qui se passe ici".

La ministre fait référence aux clichés et vidéos des 33 manifestations nocturnes qui ont eu lieu à Montréal depuis le début du conflit le 13 février dernier et aux plus de 300 manifestations au total.

Des centaines de personnes ont été arrêtées, avec un point culminant de 700 interpellations dans la nuit de mercredi à jeudi. La plupart des manifestants devront s'acquitter d'amendes de plus de 630 dollars (plus de 480 euros), selon la police de Montréal. Et depuis plus d'une semaine, le mouvement des casseroles (manifestants qui tapent sur des ustensiles de cuisine pour se faire entendre) vient grossir les rangs des manifestations, de façon toutefois plus pacifique.

Même inquiétude du côté du président-fondateur du groupe Juste pour Rire, dont le festival est prévu du 12 au 29 juillet à Montréal : "C'est sûr que c'est mauvais pour l'économie", lâche Gilbert Rozon. "Le Grand Prix du Canada (de Formule 1, du 8 au 10 juin, ndlr) qui est toujours à guichets fermés a des mauvaises ventes. Les hôtels subissent plus d'annulations que de réservations. Mes clients fidèles me disent +on va attendre la fin de la grève pour acheter+".

L'enjeu économique est incontestable. Les festivals montréalais membres du RÉMI (Regroupement des événements majeurs internationaux) rapportent 320,6 millions de dollars canadiens (environ 250 millions d'euros) au PIB québécois, tout en créant ou en maintenant 6.323 emplois, selon une étude réalisée en 2011 par la firme de conseil SECOR.

vs-ico/gde

PLUS:afp