NOUVELLES

Syrie: plus de 14 mois de révolte et de répression sanglante

26/05/2012 09:17 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

La Syrie est en proie depuis le 15 mars 2011 à une révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression menée par les troupes régulières.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 12.600 personnes ont péri depuis le début de la révolte, en majorité des civils tués par les forces gouvernementales.

--2011--

- 15-16 mars: A Damas, rassemblements à l'appel d'une page Facebook pour "une Syrie sans tyrannie, sans loi d'urgence ni tribunaux d'exception", point de départ du mouvement de contestation.

- 18-27 mars: Manifestations réprimées à Damas, Banias (nord-ouest) et Deraa (sud), foyer de la contestation (100 morts, le 23).

- 18 avr: Damas dénonce une "rébellion armée de groupes salafistes".

- 25-26 avr: La contestation s'étend et se radicalise avec des appels à la chute du régime. En juin, l'armée se déploie près de l'Irak, de la Turquie puis du Liban.

- 15 juil: Plus d'un million de manifestants anti-régime, notamment à Hama (centre) et Deir Ezzor (est). Le 31, 100 morts lors d'une offensive de l'armée à Hama.

- 18 août: Le président américain Barack Obama et ses alliés occidentaux appellent M. Assad à partir. Plusieurs séries de sanctions adoptées contre le régime.

- 2 oct: Lancement du Conseil national syrien (CNS) réunissant les principaux courants de l'opposition.

- 16 nov: Un centre des services secrets près de Damas attaqué par l'Armée syrienne libre (ASL), opposition armée dont la création a été annoncée en juillet par Riad Assaad, déserteur réfugié en Turquie.

--2012--

- 1er mars: L'armée prend le contrôle de Baba Amr, bastion de la rébellion à Homs (centre), après des semaines de siège et de bombardements. Le 14, l'armée reprend Idleb (nord-ouest).

- 21 mars: Déclaration de l'ONU soutenant la médiation de l'émissaire international Kofi Annan. Outre un cessez-le-feu, le plan Annan prévoit le retour de l'armée dans les casernes, la libération des détenus, le respect du droit à manifester, l'ouverture d'un dialogue entre pouvoir et opposition et la libre circulation pour les humanitaires et la presse.

- 7 et 9 avr: Plus de 230 morts.

- 12 avr: Entrée en vigueur du cessez-le feu prévu par le plan Annan, officiellement accepté par le régime et les insurgés mais continuellement ignoré depuis.

- 14 avr: Résolution du Conseil de sécurité (2042), pour la première fois depuis le début de la révolte, autorisant le déploiement de 30 observateurs.

- 21 avr: 2e résolution de l'ONU (2043) autorisant l'envoi de 300 observateurs (270 sont actuellement sur place).

- 10 mai: Double attentat suicide à la voiture piégée à Damas (55 morts et 372 blessés), le plus meurtrier depuis mars 2011. Régime et rébellion se rejettent la responsabilité.

- 24: L'armée et les services de sécurité commettent "la plupart des violations graves des droits de l'Homme" (enquêteurs sous mandat ONU).

- 25: Des blindés entrent à Alep (nord) après d'énormes manifestations.

- 26 mai: Le chef des observateurs, le général Robert Mood, condamne la "tragédie brutale" la veille à Houla (centre), affirmant que les observateurs ont compté plus de 92 morts, dont 32 enfants de moins de 10 ans. L'opposition attribue ce massacre au régime.

Condamnations internationales. Le massacre est une violation "révoltante et terrible" du droit international (chef de l'ONU Ban Ki-moon et Annan). L'ASL se désengage du plan Annan sauf si l'ONU agit rapidement.

acm/sbh

PLUS:afp