NOUVELLES

Syrie: le chef observateur de l'ONU condamne une "tragédie brutale" à Houla

26/05/2012 12:27 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

Le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le général Robert Mood, a condamné samedi la "tragédie brutale" à Houla, dans le centre de la Syrie, affirmant que les observateurs s'étaient rendus sur place et avaient compté plus de 92 morts, dont 32 enfants de moins de 10 ans.

"Les observateurs militaires et civils qui se sont rendus ce matin à Houla ont compté plus de 32 enfants et plus de 60 adultes tués", a déclaré le général norvégien "condamnant dans les termes les plus forts la tragédie brutale".

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) avait auparavant fait état de la mort de plus de 90 civils dont de nombreux enfants dans des bombardements depuis vendredi sur la région de Houla. L'opposition a attribué ce massacre au régime.

Le général Mood a ajouté que "les observateurs ont confirmé (...) l'usage d'artillerie tirée depuis des chars".

"Quels qu'ils soient, ceux qui ont commencé, ceux qui ont répliqué et ceux qui ont perpétré cet acte déplorable de violence doivent être tenus pour responsables", a-t-il poursuivi au cours d'une conférence de presse à Damas.

"Le général appelle le gouvernement syrien à ne plus utiliser d'arme lourde et exhorte toutes les parties à arrêter les violences sous toutes leurs formes", a précisé un communiqué diffusé à l'issue de la conférence de presse.

Il a en outre prévenu d'un risque de guerre civile.

"Ceux qui utilisent la violence pour leurs propres objectifs pourraient créer plus d'instabilité et conduire le pays à la guerre civile", a prévenu le général Mood.

"Cet usage disproportionné de la violence est inacceptable et impardonnable", a-t-il poursuivi.

"L'assassinat d'enfants innocents et de civils doit cesser", a-t-il lancé.

Les observateurs de l'ONU, déployés en Syrie pour surveiller un cessez-le-feu techniquement en vigueur depuis le 12 avril mais largement ignoré, se sont rendus samedi matin à Houla, à 25 km au nord-ouest de Homs.

L'Armée syrienne libre (ASL), composée en majorité de déserteurs combattant les forces gouvernementales, a appelé les "pays amis" à mener des "raids aériens" contre les forces du président Bachar al-Assad, après le "crime" de Houla.

Selon l'OSDH, plus de 12.600 personnes ont péri en Syrie depuis le début de la révolte en mars 2011, en majorité des civils tués par les forces gouvernementales.

rm/sbh/feb

PLUS:afp