NOUVELLES

Syrie: Ban et Annan condamnent le massacre "terrible" de Houla

26/05/2012 02:34 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

Le massacre commis, selon l'opposition, par le régime syrien à Houla, où les observateurs ont compté 92 morts, est une violation "révoltante et terrible" du droit international, ont estimé samedi Ban Ki-moon et l'émissaire international Kofi Annan.

Le secrétaire général des Nations unies et M. Annan "condamnent dans les termes les plus forts la mort, confirmée par les observateurs de l'ONU, de dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants" à Houla, a indiqué Martin Nesirky, porte-parole de Ban Ki-moon.

"Ce crime révoltant et terrible, dans lequel la force a été utilisée de manière aveugle et disproportionnée, est une violation flagrante du droit international et des engagements pris par le gouvernement syrien de cesser son recours aux armes lourdes dans les villes et la violence quelle qu'elle soit", estiment encore MM. Ban et Annan.

"Les auteurs de ces crimes doivent être jugés", ajoutent-ils.

Le chef des observateurs de l'ONU, le général Robert Mood, avait auparavant lui aussi condamné "dans les termes les plus forts la tragédie brutale" de Houla, dans le centre de la Syrie, affirmant que les observateurs s'étaient rendus sur place et avaient compté plus de 92 morts, dont 32 enfants de moins de 10 ans.

L'opposition a attribué ce massacre au régime.

MM. Ban et Annan ont souligné que les observateurs "ont vu les cadavres et, après examen, ont déterminé que des obus ont été tirés contre des zones résidentielles".

Kofi Annan doit se rendre en Syrie en début de semaine et le Conseil de sécurité des Nations unies doit s'entretenir de la situation dans le pays mercredi.

L'émissaire international et le secrétaire général de l'ONU ont exigé que le président Bachar al-Assad fasse cesser toutes les violences, en respect du plan de paix de M. Annan.

Ce dernier "est en train de contacter les autorités syriennes afin de leur expliquer, dans les termes les plus clairs, les attentes de la communauté internationale, et il fera de même lors de son prochain déplacement en Syrie", a conclu Martin Nesirky dans son communiqué.

tw/gde/mra

PLUS:afp