NOUVELLES

Shawinigan espère célébrer une première conquête de la coupe Memorial

26/05/2012 03:44 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

SHAWINIGAN, Qc - La fièvre du hockey junior a gagné Shawinigan vendredi soir et la ville vibre au rythme de ses Cataractes, qui ne sont plus qu'à une victoire de lui procurer ce qu'elle attend depuis 43 ans: une conquête de la coupe Memorial.

C'est la deuxième fois de son existence que la plus âgée des concessions de la LHJMQ a cette chance. En 1985, les Cats s'étaient inclinés 6-1 face aux Raiders de Prince Albert, à Drummondville.

Le tournoi, qui devait avoir lieu à Shawinigan, avait été déplacé à Drummondville en raison d'une polémique au sujet de l'aréna Jacques-Plante. Vingt-sept ans plus tard, on espère que l'histoire sera au rendez-vous au moderne Centre Bionest, ce dimanche.

Les partisans y croient plus que jamais depuis la convaincante victoire de 7-4 de leurs favoris, vendredi, face aux monarques en titre, les Sea Dogs de Saint-Jean. La veille, l'équipe hôte avait renvoyé chez eux les champions de l'Ouest, les Oil Kings d'Edmonton.

S'ils défont les Knights de London (2-1) en finale, les Cataractes (3-2) seront les premiers à éliminer en succession les trois champions de ligues. Au cours du tour préliminaire, les Cats ont vaincu les Knights 6-2.

Concentrés sur la tâche

Le principal défi des troupiers d'Éric Veilleux est d'éviter les distractions et de rester concentrés sur la tâche à accomplir. C'est ce qu'ils ont fait samedi en demeurant à l'hôtel où ils logent en retraite fermée depuis le début du tournoi.

«Les joueurs sont en mission, a déclaré l'entraîneur, pas peu fier de leur attitude. Ils se sont regroupés, le mérite leur revient, je n'ai rien eu à faire. Nos leaders se sont levés et j'ai confiance qu'ils vont livrer la marchandise dimanche.»

Un exemple que les joueurs sont très sérieux à l'extérieur de la glace: lors du repas d'équipe suivant la victoire de vendredi, ils ont décidé de se couper du monde extérieur en rangeant portables, i-pods et i-phones.

«Ç'a été leur décision, pas la mienne, a-t-il souligné. Ils savent ce que je pense de tous ces gadgets électroniques et des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, avec lesquels je ne suis pas très familier. Mais je les laisse libre de faire ce qu'ils veulent. Malheureusement, l'Internet ne fonctionne pas très bien à l'hôtel», a ajouté l'entraîneur, avec le sourire.

«Les gars semblent très concentrés. C'est le sentiment que j'ai eu vendredi. Est-ce que ce sera le cas dimanche? Je ne le sais pas.»

L'effet Hartley

Comme l'a mentionné le gardien Gabriel Girard samedi, les joueurs réalisent la chance qu'ils ont. Quand ce n'est pas un membre du personnel d'entraîneurs qui le leur rappelle, Bob Hartley se charge de le faire.

«Il nous donne confiance et a une présence rassurante», a dit Veilleux, qui a appelé son bon ami en renfort avant le tournoi.

«Il a beaucoup de vécu dans le hockey, il a gagné plusieurs championnats, et ça ne peut que nous aider, a renchéri Girard, au sujet de Hartley, pressenti pour le poste d'entraîneur du canadien. Il intervient quand il juge que ça peut nous être utile et il contribue à détendre l'atmosphère en nous racontant des anecdotes.»

Sur la glace, les Cataractes ne veulent pas déroger du style fougueux et tout en vitesse qui leur permet de connaître du succès. Chez les Knights, on s'attend à ça.

«Mon père Richard avait prédit que les Cataractes battraient les Sea Dogs, a souligné l'entraîneur Mark Hunter, samedi. C'est une équipe très rapide qui met beaucoup de coeur à l'ouvrage. Nous devrons être vigilants en défense.»

Les Knights vont tenter d'ajouter un deuxième championnat de la Coupe Memorial à celui acquis chez eux en 2005. Cette année-là, les Corey Perry, Marc Methot, Danny Syvret, David Bolland, Dan Girardi et Brandon Prust avaient eu raison de Sidney Crosby et de l'Océanic de Rimouski.

«Nous sommes moins expérimentés cette année, et personne ne s'attendait de nous voir ici, a relevé Hunter. C'était difficile de savoir que nos jeunes, les jumeaux Rupert et Max Domi, progresseraient autant. Nous savions que Jarred Tinordi, Scott Harrington et Michael Houser seraient nos piliers. Cela dit, nous avons surmonté beaucoup d'adversité. Nous n'avons pas perdu deux matchs d'affilée de toute la saison. J'aime tout autant cette équipe que celle de 2005.»

Enfin, il est acquis que le capitaine qui va soulever sur la glace le trophée emblématique de la Ligue canadienne de hockey (LCH), dimanche, sera un espoir de l'organisation du CH, soit Michael Bournival des Cataractes ou Tinordi des Knights. Les Cataractes ont un autre espoir du Tricolore dans leurs rangs, le défenseur Morgan Ellis.

PLUS:pc