NOUVELLES

Malgré des violations, Jimmy Carter dit que le scrutin en Égypte est acceptable

26/05/2012 08:37 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Des observateurs auraient noté des violations lors des élections présidentielles égyptiennes, mais que le scrutin demeurait acceptable et que ces irrégularités n'auront pas d'impact sur les résultats finaux, selon l'ancien président américain Jimmy Carter.

Le Carter Center, sis à Atlanta, avait dépêché 102 observateurs dans des bureaux de scrutins en Égypte pour l'élection historique, la première depuis le départ du président de longue date Hosni Moubarak, l'an dernier, à la suite de révoltes populaires.

Les résultats préliminaires laissent deviner une course très serrée en tête entre le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, et le dernier premier ministre sous Moubarak, Ahmed Shafiq. Les deux candidats ayant reçu le plus de voix passeront au prochain tour, tenu les 16 et 17 juin.

M. Carter a déclaré que son groupe n'avait pas été en mesure d'observer l'ensemble du processus parce que les autorités n'ont remis des permis à ses observateurs qu'une semaine avant le vote. Dans un communiqué, le Carter Center a indiqué que les obsevateurs n'avaient pas été en mesure d'assister au décompte des bulletins de vote, ce qui «mine fortement la transparence des résultats de l'élection».

Hamdeen, Sabahi, candidat ayant terminé au troisième rang, a demandé un recomptage, affirmant que le processus avait été affecté par des violations qu'il n'a pas précisées.

M. Carter a précisé que les violations — incluant un manque d'intimité pour les électeurs et le manque d'accès des observateurs au décompte final — n'affecteront pas les résultats.

«Je ne crois pas que les bévues, erreurs et incovenances dont nous avons été témoins au cours des derniers jours auront un impact négatif sur le second tour», a-t-il déclaré aux reporters.

PLUS:pc