NOUVELLES
26/05/2012 04:16 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

L'opposition syrienne en appelle à l'ONU après le "massacre" de Houla

L'opposition syrienne a réclamé samedi une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après les bombardements des forces gouvernementales qui ont fait plus de 90 morts, dont 24 enfants, dans la région de Houla (centre).

Alors que la trêve qu'il avait négociée il y a un mois et demi est quotidiennement violée, l'émissaire international Kofi Annan devrait se rendre en Syrie en début de semaine prochaine, selon des diplomates.

Plus de 90 civils, dont 25 enfants, ont été tués depuis vendredi dans des bombardements de l'armée près de Houla, dans la province de Homs, a déclaré le chef de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, dont le bilan précédent s'élevait à 50 morts.

Les bombardements ont débuté vendredi midi à la périphérie de Houla, en particulier sur les villages de Taldo au sud et Tibé à l'ouest, et ils se sont poursuivis jusqu'à l'aube, a-t-il précisé.

Samedi, de nombreux habitants de Tibé et Taldo fuyaient vers le centre de Houla par crainte de nouveaux bombardements, tandis que des vidéos amateur mises en ligne sur YouTube montraient des images terribles de cadavres d'enfants gisant par terre.

L'OSDH a dénoncé l'inaction de la communauté internationale et de la Ligue arabe, les qualifiant de "complices du régime syrien dans le massacre de Houla".

Vendredi soir, M. Abdel Rahmane s'était interrogé sur le rôle des observateurs des Nations unies déployés depuis avril pour surveiller un cessez-le-feu largement ignoré. "On parle depuis midi de bombardements et aucun des observateurs basés à Homs n'a bougé", avait-il déclaré.

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a pressé dans un communiqué le Conseil de sécurité de l'ONU de convoquer une réunion d'urgence "pour examiner la situation à Houla et pour déterminer les responsabilités des Nations unies face à de tels massacres".

Selon l'OSDH, plus de 100 personnes ont été tuées par les forces du régime depuis vendredi, journée qui a connu de très importantes manifestations contre le régime dans l'ensemble du pays et en particulier à Alep (nord), deuxième ville du pays.

zones rebelles "importantes"

----------------------------

Restée longtemps à l'écart de la contestation, Alep a connu vendredi des rassemblements de dizaines de milliers de personnes, du jamais vu depuis le début de la révolte contre le président Bachar al-Assad en mars 2011, selon M. Abdel Rahmane.

Face à cette situation, des blindés de l'armée sont entrés pour la première fois dans les rues d'Alep, selon l'OSDH.

A la frontière avec la Turquie, des hélicoptères des forces gouvernementales ont mené pour la premières fois des raids sur les zones rebelles kurdes, a indiqué OSDH, faisant état d'une vingtaine de blessés parmi les habitants.

Vendredi, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait prévenu que les opposants au régime contrôlaient désormais des parties "importantes" de certaines villes de Syrie, où le risque d'un conflit à grande échelle s'accroît.

Les forces gouvernementales syriennes sont toujours responsables de violations "massives" des droits de l'Homme, les opposants intensifient leurs opérations et "des groupes terroristes établis" sont soupçonnés d'être impliqués dans plusieurs attaques, a détaillé M. Ban dans un rapport qui doit être débattu devant le Conseil de sécurité la semaine prochaine.

M. Ban a aussi souligné l'accroissement du nombre d'attentats à la bombe à Damas, Alep, Hama (nord) ou Idleb (nord-ouest), redoutant la présence d'une "troisième force" terroriste qui pourrait faire obstacle à un éventuel accord entre le régime et l'opposition.

La présence des observateurs de l'ONU a eu un "effet apaisant" selon le rapport, qui reconnaît cependant que "le niveau de violence reste élevé".

Selon l'OSDH, plus de 12.600 personnes ont péri en Syrie depuis le début de la révolte anti-régime, en majorité des civils tués par les forces gouvernementales.

bur-vl/fc

PLUS:afp